Départs en chaîne au Front national après la démission de Florian Philippot

L'ancien vice-président du Front national a annoncé qu'il quittait le parti d'extrême droite et plusieurs militants et responsables ont fait part de leur décision de le suivre.

Florian Philippot à Brachay (Haute-Marne), le 9 septembre 2017.
Florian Philippot à Brachay (Haute-Marne), le 9 septembre 2017. (FRANCOIS PAULETTO / CITIZENSIDE / AFP)

D'heure en heure, les rangs du FN se dégarnissent. Florian Philippot, rétrogradé au rang de vice-président sans attribution du Front national pour avoir refusé de quitter la présidence de son association Les Patriotes, a annoncé, jeudi 21 septembre sur France 2, qu'il quittait le parti. "On m'a dit que j'étais vice-président à rien... Je n'ai pas le goût du ridicule et je n'ai jamais eu le goût de rien faire", a-t-il justifié.

Il a rapidement été suivi par de nombreux membres du Front national. Franceinfo recense les défections.

>> Réactions, analyses... Suivez la situation au FN dans notre direct

Chez les responsables

Sophie Montel, une historique du Front national, eurodéputée et conseillère régionale en Bourgogne-Franche-Comté, a rapidement suivi. Elle a réagi au départ du numéro 2 du FN : "J'entends des critiques très violentes à l'égard de Florian Philippot, des mots très durs. Je crois que le Front national doit beaucoup de choses à l'action de Florian Philippot et à son travail", a-t-elle estimé, interrogée par franceinfo.

Voir la vidéo

"Suite à l'éviction de mes amis Sophie Montel, Lilian Noirot, je démissionne du Front national", annonce aussi Nathalie Desseigne, conseillère régionale de Bourgogne-Franche-Comté, adhérente de l'association Les Patriotes, sur Twitter. "Notre mouvement marche sur la tête", explique-t-elle dans une lettre adressée à Marine Le Pen.

Les deux élues ne sont pas les seules responsables du Front national à avoir annoncé leur départ.

Sabrina Joret était responsable de la deuxième circonscription du Calvados. "J'ai intégré le FN en même temps que Florian en 2011, je le quitte également suite au départ de Florian", dit-elle à franceinfo. Elle détaille ses motivations : "La discorde actuelle envers Sophie Montel, Florian Philippot, la prise de position de certains cadres envers le n°2 du parti, la rediabolisation du parti, la refondation..."

Chez les militants

Parmi les militants du parti d'extrême droite, certains ont également annoncé leur démission, jeudi matin, juste après la prise de parole de Florian Philippot. Dont Cyril Martinez, membre du FNJ des Alpes-Maritimes, chargé de la communication des Patriotes, ou encore Maxime Thiébaut, vice-président des Patriotes. "Je suis très choqué. On a toujours été dans le débat de fond. Là, c’est la re-diabolisation qui a gagné, a commenté ce dernier à franceinfo. Maintenant, Marine va être entourée de gens qui ne pensent pas comme elle. Je suis convaincu qu’elle est sur la même ligne que Philippot."