Après Florian Philippot, Sophie Montel annonce son départ du FN et dénonce "le retour d'anciens mégrétistes"

L'eurodéputée et conseillère régionale dans l’Est, Sophie Montel, annonce jeudi après Florian Philippot quitter le Front national et dénonce "le retour d'un certain nombre de personnes qui ne se positionnent pas du tout sur la ligne de Marine le Pen".

L\'eurodéputée et conseillère régionale dans l’Est Sophie Montel, le 28 ocotbre 2015.
L'eurodéputée et conseillère régionale dans l’Est Sophie Montel, le 28 ocotbre 2015. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Comme Florian Philippot, jeudi 21 septembre, l'eurodéputée et conseillère régionale dans l’Est Sophie Montel, une historique du Front national, a démissionné du parti d'extrême droite.

Démission de Florian Philippot : Marine Le Pen "prend acte" mais "conteste les accusations"

Elle a réagi sur franceinfo au départ du numéro 2 du FN : "J'entends des critiques très violentes à l'égard de Florian Philippot, des mots très durs. (...) Je crois que le Front national doit beaucoup de choses à l'action de Florian Philippot et à son travail", a-t-elle estimé.

Elle dénonce le retour d'"énormément d'anciens mégrétistes"

"Florian Phillipot est un homme politique, de conviction, intellectuellement d'une honnêteté absolue. Il le démontre aujourd'hui. Il ne se sent plus accepté à l'intérieur du FN. Il le regrette, il le déplore", a-t-elle ajouté.

Elle a aussi justifié son propre départ du Front national en pointant "le retour d'un certain nombre de personnes qui ne se positionnent pas du tout sur la ligne de Marine le Pen, ni droite ni gauche, notamment énormément d'anciens mégrétistes". Selon elle, "ils ont évidemment une très mauvaise influence, ont noyautée 90% des fédérations du Front national".

Pour Sophie Montel, le FN est "un mouvement qui finalement démontre qu'il est incapable du rassemblement et qui en train de se recroqueviller sur lui-même."