Frédéric Nihous à la rescousse du foie gras

Le président de Chasse Pêche Nature et Traditions, Frédéric Nihous, a protesté, en juillet dernier, contre la décision du Salon agroalimentaire de Cologne de ne pas accueillir en octobre les producteurs de foie gras.

Frédéric Nihous, président de Chasse pêche nature et traditions.
Frédéric Nihous, président de Chasse pêche nature et traditions. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Le président de Chasse Pêche Nature et Traditions, Frédéric Nihous, a protesté, en juillet dernier, contre la décision du Salon agroalimentaire de Cologne de ne pas accueillir en octobre les producteurs de foie gras.

Dans un communiqué, le patron de CPNT s' est emporté contre des "extrémistes anti-gavage" qui " viennent ainsi, grâce à quelques bien-pensants allemands, de remporter une victoire dans leur combat obscurantiste".

Il n'a pas été le seul à lever la voix. Le député des Landes, Henri Emmanuelli, le ministre de l'Agriculture, Bruno le Maire, ainsi que Bercy se sont également insurgés contre cette décision du Salon agroalimentaire de Cologne.

Le communiqué de Frédéric Nihous s'inscrit dans la droite lignée de ses convictions : il s'élève contre "l'écologie punitive". Pour le président de CPNT, l'écologie ne doit pas court-circuiter l'économie et empiéter sur les traditions françaises comme le foie gras.

"Cette décision, parmi d'autres prises par l'Union européenne, font porter un risque énorme sur une activité économique et une tradition fondamentale tant pour la France que surtout pour notre Sud-Ouest", a écrit M. Nihous.

Pour lui, l'interdiction de Cologne a été obtenue " par le lobbying d'écologistes extrêmes militant pour le bien être de l'animal".

Le successeur de Jean Saint-Josse, fondateur du parti, se révolte également contre les quotas imposés aux pêcheurs Français par Bruxelles et l'interdiction de la tauromachie en France entre autres.

" Il n'y a pas à céder au chantage d'extrémistes de l'écologie punitive ! ", proteste-t-il.

Cette " écologie dogmatique et rétrograde" est, d'après lui, portée par Europe écologie les verts qui "ne cherchent qu'à sanctuariser les territoires, à restreindre les activités économiques et les usages traditionnels de la ruralité". Le président de CPNT estime que, la candidate à la présidentielle, Eva Joly, incarne cette politique qu'il dénonce.

Candidat à la présidentielle de 2007, Frédéric Nihous avait recueilli 1,15% des suffrages exprimés (420.645 voix), en nette baisse par rapport à Jean Saint-Josse en 2002 (4,23%, 1,2 million de voix).

CPNT a rejoint la majorité présidentielle en 2009 et ses membres ont fait liste commune avec l'UMP aux régionales de 2010.