Vente de son scooter : "J'ai d'autres biens personnels que je peux mettre à disposition pour des ventes de charité", s'amuse François Hollande

Le "scooter de l'amour", comme il était surnommé, a été vendu aux enchères le week-end dernier. Le propriétaire d'un musée du Maine-et-Loire l'a acquis pour l'exposer au public. François Hollande avait été surpris dessus à plusieurs reprises alors qu'il rejoignait en secret Julie Gayet.
Article rédigé par franceinfo - Faouzi Tritah
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
François Hollande, le 11 novembre 2019. (LUDOVIC MARIN / POOL / VIA AFP)

François Hollande a commenté sur Mouv' mercredi 29 mai la vente aux enchères de son ancien scooter pour un montant de 20 500 euros le week-end dernier en Indre-et-Loire. "J'ai d'autres biens personnels que je peux mettre à disposition pour des ventes de charité si c'est nécessaire", s'est amusé sur l'antenne l'ancien président. Un tel prix peut montrer, d'après François Hollande que "ça montre un attachement". Selon lui, il y a "une survalorisation de l'outil lui-même, neuf ça vaut moins cher", commente-t-il avec humour.

Plus sérieusement, François Hollande a indiqué qu'il s'agissait d'un acte "privé" et qu'il n'avait "pas plus de commentaires à faire" sur cette vente qui s'est déroulée dimanche au château d'Artigny, à Montbazon. Il avait cependant lui-même dédicacé le scooter à un particulier qui en avait fait l'acquisition et s'en était servi le jour de son mariage : "À Patrick et Manola qui ont eu la chance d'enfourcher mon scooter pour mieux partager leur bonheur. Cordialement. Ce scooter est le bon".

Le Piaggio de 125 cm3 a été mis à prix à 10 000 euros. Ce scooter avait été rendu célèbre lorsque François Hollande rendait visite en secret à l'actrice Julie Gayet qu'il a depuis épousée. "C'est une partie de l'histoire de France", s'est amusé Denis Breheret, l'acheteur, passionné d'automobile, joint par téléphone lors de la vente. Il sera désormais exposé dans un musée privé dédié l'automobile dans le Maine-et-Loire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.