Offensive turque en Syrie : "Nous avons une dette envers les Kurdes", déclare François Hollande

L'ancien président français avait lancé en 2015 une opération en Syrie avec les Kurdes pour lutter contre l'Etat islamique. 

François Hollande à l\'Elysée, le 30 septembre 2019.
François Hollande à l'Elysée, le 30 septembre 2019. (BERTRAND GUAY / AFP)

Une "dette" mais aussi un "devoir de suite". Dans un entretien au Parisien, mercredi 9 octobre, l'ancien président de la République François Hollande appelle à une réaction urgente pour stopper l'offensive turque contre des forces kurdes en Syrie. Cette offensive militaire baptisée Peace Springs, a été déclenché dans la matinée par le président turc Recep Tayyip Erdogan. 

>> Offensive militaire turque en Syrie : suivez notre direct

"J'ai eu à travailler, dans le cadre de la coalition, avec les Kurdes de Syrie. Ils étaient nos principaux points d'appui au sol pour lutter contre Daech (...) Et par cette coopération discrète, sur le terrain, nous avons contribué avec les Kurdes à l'éradication de Daech dans le nord du pays, jusqu'à Raqqa, dit-il, rappelant que les attentats du 13-Novembre avaient été menés et décidés depuis Raqqa. Je m'en sens personnellement et politiquement redevable."

"Rétablir la zone tampon"

"Nous devons faire en sorte qu'ils puissent rentrer dans le processus de règlement du conflit syrien, ce que le régime de Bachar al-Assad continue de leur contester,  déclare-t-il.

Ces Kurdes détiennent dans leurs camps de prisonniers des djihadistes, dont certains sont Français. Or, il est à craindre qu'à la faveur de cette offensive, ces djihadistes puissent s'échapper et commettre d'autres forfaits, dans la région mais aussi en Europe.François Hollandeau "Parisien"

Pour stopper l'offensive militaire turque, l'ancien président estime qu'il faut "rétablir la zone tampon" entre la Syrie et la Turquie, avec le retour des soldats américains. Il suggère aussi que le Conseil de sécurité de l'ONU décide de sanctions contre la Turquie si l'offensive se poursuit et de reconsidérer la relation de la Turquie avec l'Otan. Ankara est en effet membre de l'OTAN.