François Hollande à la rencontre des ex-Fralib

Le chef de l'État a voulu visiter l'usine de fabrication de sachets de thés et infusions relancée par les anciens salariés réunis en coopérative.

France 3

1336. C'est le nombre de jours qu'a duré le combat des anciens salariés de Fralib pour relancer la production, et c'est le nom symbolique qu'ils ont donné à leur marque de thés et infusions. Réunis en coopérative ouvrière, ils ont tout simplement repris l'usine laissée par le géant Unilever. Une belle histoire que François Hollande a voulu constater ce jeudi 4 mai, lors d'une visite à Gémenos (Bouches-du-Rhône).

Il était venu en 2011

Une visite très politique, comme l'explique Anne Bourse, en direct pour France 3 : "Depuis des semaines, le Président sillonne le terrain et multiplie les visites en entreprise. Mais François Hollande s'était rendu ici en août 2011, alors qu'il était candidat à la primaire, et il a toujours soutenu le combat des salariés". Une façon de montrer qu'il se soucie aussi de la classe ouvrière, peut-être en vue des présidentielles 2017.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des salariés de l\'usine Fralib de Gémenos (Bouches-du-Rhône) occupent le site, le 11 mai 2012.
Des salariés de l'usine Fralib de Gémenos (Bouches-du-Rhône) occupent le site, le 11 mai 2012. (BORIS HORVAT / AFP)