Défense : face à la menace terroriste, le budget va augmenter

Un Conseil de Défense se tenait mercredi 29 avril à l'Élysée. Mesures d'économie ou pas ? François Hollande a tranché en accordant des crédits supplémentaires aux armées.

FRANCE 2

Virage à 180 degrés pour François Hollande. Face à la menace terroriste et malgré les économies nécessaires, l'armée aura plus de moyens dans les années à venir, a assuré le président de la République, mercredi 29 avril. "J'ai fait ce choix parce que c'est celui de la France, celui de sa protection, de sa sécurité et je sais que les Français, s'ils veulent avoir confiance à l'avenir, doivent se sentir partout en sécurité", a annoncé le chef de l'État lors d'une conférence à l'Élysée.
Le dilemme : protéger les Français à l'intérieur du territoire, mais aussi poursuivre les opérations à l'extérieur comme au Sahel, dans le Golfe et en Centrafrique. Le budget de la Défense va donc augmenter de 3,8 milliards d'euros de 2016 à 2019. Il s'agit surtout de dépenses en équipements et en personnel. Il n'est par ailleurs plus question de diminuer les effectifs. Sur les 34 000 suppressions d'emplois prévues, 18 500 postes seront préservés.

L'opération Sentinelle pérennisée

S'agissant de la sécurité intérieure, l'opération Sentinelle, lancée après les attentats de janvier, sera pérennisée. Au total, 7 000 hommes seront affectés aux patrouilles militaires de manière durable, a précisé François Hollande, sans fixer aucune échéance.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président de la République, François Hollande, le 29 avril 2015.
Le président de la République, François Hollande, le 29 avril 2015. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)