Croissance, chômage, pouvoir d'achat... Cinq infographies qui résument le bilan en demi-teinte de François Hollande

Pour dresser le bilan du quinquennat de François Hollande, nous avons représenté l'évolution des principaux indicateurs économiques du pays depuis dix ans.

avatar
Nicolas EnaultFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Croissance, chômage, pouvoir d'achat... François Hollande a tardé à obtenir les résultats qu’il avait promis en 2012. Au moment où il passe le flambeau à Emmanuel Macron, franceinfo dresse un bilan contrasté des cinq dernières années en matière d'économie.

Une croissance balbutiante

Durant le quinquennat Hollande, la croissance a souvent été en deçà des prévisions sur lesquelles tablait le gouvernement. A ce titre, l'année 2016 a été décevante, avec une hausse de seulement 1,1% du PIB, contrairement au 1,5% prévu par l'exécutif qui voulait croire en une accélération par rapport aux 1,2 % de 2015.

Pour 2017, le gouvernement table sur une croissance de 1,5%, un chiffre légèrement supérieur aux prévisions de la Commission européenne, du FMI et de l'OCDE, qui prévoient 1,4%.

L'inversion de la courbe du chômage est arrivée tardivement

C'était l'une de ses promesses de campagne. L'année 2016 a été marquée par une baisse quasi-continue du taux de chômage, mais comme François Hollande l'a lui-même reconnu lors de ses vœux du 31 décembre 2016, "les résultats arrivent, plus tard que (...) prévu"

Dans le détail, il est intéressant de constater que le taux d'emploi à temps complet ainsi que le taux d'emploi en CDI suivent une trajectoire positive, avec une hausse de respectivement 0,4% et 0,1% sur un an. A l'inverse, le sous-emploi, qui concerne des personnes à temps partiel qui souhaiteraient travailler davantage, est en baisse sur la même période (-0,4%).

Les entreprises et les ménages investissent à nouveau

Autre bonne surprise de l'année 2016 : les entreprises françaises ainsi que les ménages investissent à nouveau. La hausse de leurs investissements, qui a atteint 1,2 % à la fin de l'année 2015, n'a même jamais été aussi forte depuis la fin 2011.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette hausse : la baisse du prix du pétrole ; la mise en place du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (Cice) et du pacte de responsabilité ; des taux d'intérêts historiquement bas côté entreprises ; un niveau parfois soutenu des achats automobiles pour les particuliers.

Le pouvoir d'achat des ménages revient de loin

Le quinquennat de François Hollande a connu deux phases distinctes en matière de pouvoir d'achat. La première partie a, en effet, été marquée par un net recul de ce pouvoir d'achat, ce qui était notamment lié à la hausse des prélèvements obligatoires. Mais la courbe s'est inversée depuis 2014 et le pouvoir d'achat augmente désormais plus vite que l'inflation : +1,6% en 2015 et +1,9% en 2016.

L'endettement public poursuit son inexorable progression

Alors que la dette publique représentait 89,5% du PIB fin 2012, elle a atteint le montant record de 96% du PIB fin 2016, soit 2 147 milliards d'euros. A l'échelle du quinquennat de François Hollande, l'endettement du pays aura ainsi progressé d'environ 15%.

Cette hausse est néanmoins nettement plus faible que celle enregistrée durant le quinquennat précédent (environ 50%), marqué notamment par la crise des subprimes en 2008.