Cet article date de plus de sept ans.

François Hollande en visite en Centrafrique

En visite au Nigéria, jeudi après-midi, François Hollande a fait un détour par Bangui, sur la route du retour en France. La visite du Président de République intervient trois jours après la prolongation de l'opération Sangaris, approuvée par une quasi-unanimité des députés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

François Hollande est à Bangui ce vendredi, après une
visite au Nigéria pour le cinquantenaire de son indépendance. Le chef de
l'Etat doit rencontrer la présidente centrafricaine, les autorités religieuses du
pays et s'adressera aux troupes françaises, engagées dans l'opération Sangaris
depuis le 5 décembre 2013.

Une visite après le feu vert des
députés

Le 10
décembre 2013, soit cinq jours après le déclenchement de l'opération militaire
impliquant la France, François Hollande avait effectué une visite surprise à
Bangui
. Ce second déplacement interviendra trois jours après la prolongation de
Sangaris, au-delà de quatre mois, approuvée par les députés. Le Premier
ministre avait alors estimé que la présence française avait permis d'éviter "l'embrasement général" en RCA. Jean-Marc Ayrault avait tempéré les difficultés considérables, en
parlant de réels progrès réalisés depuis décembre. 

"Nos efforts ont
commencé à porter leurs fruits, l'embrasement  généralisé qui menaçait a été évité." 

Un terrain délicat malgré des renforts

Les 1.600 soldats
français de Sangaris seront bientôt rejoints par 400 renforts. Ces troupes ont
enregistré trois victimes depuis le déclenchement de l'opération : deux
militaires sont morts au combat et un troisième a péri dans un accident de la
circulation. Les soldats français interviennent dans un pays en proie à des
violences inter-communautaires entre chrétiens et musulmans. Depuis le 5
décembre 2013, la Croix-rouge centrafricaine dit avoir comptabilisé 1.251 cadavres
dans les rues de la capitale dont onze encore mardi et mercredi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.