Cet article date de plus de dix ans.

François Hollande à DPDA : le minute par minute

François Hollande était l'invité de l'émission de France 2 "Des paroles et des actes" de l'entre-deux-tours, jeudi soir. Minute par minute, les principales interventions du candidat socialiste pendant DPDA.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
François Hollande à DPDA (F2)

François Hollande était l'invité de l'émission de France 2 "Des paroles et des actes" de l'entre-deux-tours, jeudi soir. Minute par minute, les principales interventions du candidat socialiste pendant DPDA.

Minute par minute, les principales interventions de François Hollande jeudi sur France 2, à l'émission "Des paroles et des actes" :

20.49 A propos de l'élection présidentielle : je suis confiant. Le scrutin m'a placé en tête. Rien n'est fait tant que le peuple n'a pas parlé. Je suis prêt. Le prochain président aura a redressé la France. Le second devoir est de mettre de la justice. Troisième devoir, la jeunesse.

20.50 Sur les débats : Les Français ont toujours eu un débat. Je suis le candidat du changement, mais je ne vais pas changer toutes les règles. Ce sont les candidats qui sont en difficulté qui veulent changer les règles.

20.53 A propos de la colère des policiers : Il faut que les policiers puissent bénéficier de l'aide de l'Etat.

20.54 "pique de campagne": David Pujadas estime que François Hollande est dans l'esquive et repasse un extrait de JT sur l'immigration avec François Hollande. "Y a trop d'étrangers ?" demande Pujadas. "Alors il faut les expulser", répond ironiquement Hollande. Je n'expulserai pas des étrangers en situation régulière. Les étrangers qui sont en situation régulière ne sont pas expulsables.

"je n'ai pas à donner un sentiment. Je ne suis pas un commentateur. Les étrangers qui ne sont pas en situation régulièer seront raccompagnés à la frontière".

20.58 Sur la présidentielle : "toutes les conditions sont réunies pour gagner. Le mouvement est en notre faveur. Y a des faits au premier tour. Le candidat sortant est second pour la première fois de la Ve République. Le total de gauche est plus important qu'en 2002 et 2007".

21.01 Sur les électeurs du FN : "Je parle aux Français. Je n'ai pas besoin de parler comme le Front National. Je parle aux électeurs. Je leur parle de l'éducation, de leur pouvoir d'achat. Je m'adresse à tous les Français".

21.03 Sur le FN. C'est un parti qui est dans la République.



2105 Sur le débat. J'espère que ce sera un débat digne, à la hauteur de la situation de la crise et qui donnera de l'espérance.

21.07 Sur le cannabis : la pénalisation est nécessaire. Tout message qui serait envoyé dans un autre sens serait un message de faiblesse.

21.09 François Lenglet interroge Hollande, à partir d'une étude d'économistes, sur la taxation des footballeurs en indiquant que les pays qui taxent les footballeurs ont de moins bonnes équipes. "vous étiez obligé de trouver des économistes pour arriver à ce résultat ?" ironise Hollande.

Sur la taxation à 75 % au dessus du million d'euros. On ne peut s'attribuer de telles rémunérations et en même temps demander des efforts aux salariés. Les revenus exceptionnels peuvent être lissés, rappelle Hollande. Hollande ironise sur la qualité du football belge et luxembourgeois. Je suis fier d'etre francais ou l'égalité à été portée.

Je me suis posé cette règle. En diminuant le salaire présidentiel, j'ai voulu donner un exemple.

21.14 graphique sur le coût du travail. "Interessant votre graphique. Qui etait au pouvoir de 2001 à 2011...la droite ! Pendant 10 ans, le coût du travail a augmenté. Nous avons 70 milliards de déficit commercial, un record dans notre histoire. Je propose un effort de compétitivité par la recherche, l'investissement.

Nous devons changer le financement de la protection sociale. Par la TVA ? Je ne suis pas sur cette position. Je supprime la hausse de la TVA. Le financement de la protection doit être basé sur l'ensemble du capital d'une société. Une contribution écologique. Cela diminuera le cout du travail.

21.19 Sur le chômage. Le constat est implacable. Le chômage sera à 10% de la population active. Sur la contrainte ? "vous connaissez beaucoup de chômeurs qui refusent un emploi. Je ne laisserai pas ce discours prosperer.

Réindustrialisation, relance dans le batiment avec doublement du livret A. Un traitement plus social. Le contrat de génération, "la plus belle idée de cette campagne".

21.21 Les dépenses de santé : l'hopital doit rester un service public : accueil, urgence, formation. Je refuse la convergence tarifaire entre cliniques et hôpitaux. On impose des regles déloyalles à l'hôpital. Pour des économies, meilleure organisation territoriale et meilleur rapport entre médecine de ville et médecine hospitalière.

21.26 Sur le traité européen : "il n'est pas renégociable", dit Mme Merkel. "Je lui dirai que le peuple français a voté. Il ne peut y avoir de retour à l'équilibre sans croissance". J'adresserai un mémorandum sur les demandes de la France (eurobonds...). Mme Merkel va sans doute contester ces demandes, ce sera ça l'objet de la négociation". Je reçois des messages de pays conservateurs qui vont dans mon sens. "Nous ne sommes pas n'importe quel pays", dit Hollande sur cette question.

Nous sommes le seul continent à connaitre la recession. Vous croyez que je vais me présenter en disant qu'il va y avoir l'austérité pendant 10 ans. Je me présente pour changer, en France et en Europe. Maintenant tout le monde dit qu'il faut de la croissance.

Franchement est ce que c'est le libéralisme la déreglementation qui va nous sortir de là.

21.39 Auriez-vous vendu des navires de guerre à la russie ? Ils ont été vendus, je ne vais pas les reprendre. Je veux une politique de vente d'armes claire. On avait vendu des armes à la Libye. Mieux vaut avoir des principes. Mais je suis conscient de l'importance de la vente d'armes dans l'économie française.

21.41 Hollande dit avoir remercié Jean-Luc Mélenchon pour son désistement sans condition. Cela ne veut pas dire qu'il viendra gouverner avec moi. Ce que j'ai dit c'est que ceux qui ont appelé à voter pour moi feront partie de la majorité présidentielle. La majorité gouvernementale se fera sur la base de mon projet.

Sur l'appel de Jean-Luc Mélenchon pour les législatives, je suis favorable à cette démarche pour éviter le Front national.

Le premier ministre sera socialiste.Ce sera le groupe le plus important à l'Assemblée nationale, si nous gagnons.

Pas de nom de premier ministre, les Français ne votent pas pour un ticket, mais pour un homme. L'ampleur du vote entrera aussi en ligne de compte.

Sur Bayrou. J'ai du respect pour lui, mais je ne suis pas dans une négociation. Sur les points de sa lettre. Education, je suis pour sa priorité, sur la règle d'or nous ne sommes pas d'accord. Sur la moralisation de la vie politique, nous sommes en accord. Le statut du chef de l'Etat doit être modifié.

Je supprimerai la cour de justice de la République. Un chef de l'état peut être condamné. Je ne veux aucune protection. Il y aura le non cumul des mandats pour les ministres qui devront demissionner de leurs mandats. Le non cumul vaudra pour les parlementaires. J'introduirai la proportionnelle à un niveau d'environ 15%.

Si vous perdez l'élection. "une chose que je peux vous dire, je ne redeviendrai pas premier secretaire du PS, mais je me présenterai sans doute aux législatives.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.