VIDEO. Quand l'assistant d'un parlementaire PS donne des conseils aux lobbyistes pour influencer les politiques

L'émission "C Politique" a dévoilé les activités du collaborateur du député PS Nicolas Bays, qui apprend aux lobbies à rédiger un texte de loi à livrer clés en main aux députés.

Voir la vidéo
FRANCE 5

L'affaire Penelope Fillon a mis en lumière le rôle des collaborateurs parlementaires. Mal connu, ce métier est aussi mal encadré, puisqu'il est, par exemple, possible d'assister un député pour la rédaction de propositions de lois tout en étant rémunéré par des lobbies. Dans son édition diffusée dimanche 12 février, "C Politique" a ainsi découvert que l'assistant du député PS du Pas-de-Calais Nicolas Bays apprenait aux représentants d'intérêt à livrer clés en mains un amendement aux parlementaires.

Prêt à défendre la fabrication de "mines antipersonnel"

Lors de cette formation de huit heures, cet assistant explique ainsi aux élèves lobbyistes comment s'"insérer dans l'ensemble des rouages du pays". Et de prendre l'exemple d'une usine de sacs plastique menacée de fermeture par la décision de la ministre Ségolène Royal d'interdire leur distribution en caisse des magasins.

"En l'occurence, vous appelez quelqu'un comme Emmanuel Macron, à l'époque à l'Economie, pour lui demander si au nom de l'environnement on est obligé d'aller détruire des emplois", raconte-t-il. 

"Vous vous débrouillez pour que les parlementaires de la circonscription montent au créneau de manière publique, car c'est leur intérêt : ce sont leurs électeurs qui sont en train de se faire virer. (...) Soyons clair : les sacs plastique, on s'en fout, ils auraient pu faire des mines antipersonnel à l'uranium, on les aurait tout de même défendus", ajoute l'attaché parlementaire.

"Il arrêtera"

Interrogé par les équipes de "C Politique", Nicolas Bays, qui emploie ce collaborateur, est gêné aux entournures : "Il le faisait avant que je l'embauche, et doit donner huit heures de cours par an. Je ne savais pas qu'il apprenait aux lobbies à rédiger un amendement, c'est gênant. Il arrêtera."

En octobre, le député UDI Charles de Courson avait déposé un amendement proposant d'interdire cette pratique. Il avait été rejeté, le rapporteur du texte estimant qu'il n'entrait pas dans le champ du texte étudié, rapportait alors Business Insider.

Le député PS Nicolas Bays, le 25 octobre 2016 à l\'Assemblée nationale.
Le député PS Nicolas Bays, le 25 octobre 2016 à l'Assemblée nationale. (MAXPPP)