Pourquoi Hervé Mariton a tort de dire que les députés français sont "parmi les moins bien payés en Europe"

Invité de la matinale de franceinfo, le député Les Républicains de la Drôme a estimé que les rémunérations des parlementaires étaient insuffisantes.

Vue générale de l\'Assemblée nationale à Paris le 25 novembre 2015, pendant la séance de questions au gouvernement.
Vue générale de l'Assemblée nationale à Paris le 25 novembre 2015, pendant la séance de questions au gouvernement. (CITIZENSIDE/YANN BOHAC / CITIZENSIDE)

Une déclaration fracassante signée Hervé Mariton. Les rémunérations des députés et sénateurs ne sont pas suffisantes, a affirmé le député LR de la Drôme sur franceinfo, mardi 7 mars, alors que l'affaire Fillon secoue la droite. "Ce n'est pas politiquement correct, mais je le dis (...) si on continue comme ça (…) à un moment, on trouvera, pour être parlementaire en France, des retraités, des riches ou des nuls", a-t-il poursuivi. L'élu a admis que "cinq mille euros net, c’est un salaire confortable, mais (...) qui fait des Français parmi les parlementaires les moins bien payés en Europe". Vrai ou faux ? Franceinfo relève trois données sur la rémunération des députés français, qui viennent éclairer les propos de l'élu drômois.

Les députés français gagnent plus que la moyenne européenne

Autant l'écrire noir sur blanc, les députés français sont loin d'être les moins bien rémunérés de l'Union européenne. Combien gagne un député français ? Son indemnité de base, rappelle le site de l'Assemblée nationale, est de 7 185,60 euros brut, sans compter les différents avantages dont il bénéficie. 

Selon un classement réalisé en 2016 par Euronews (en anglais), les députés français sont moins bien payés que les députés italiens (167 257 euros brut par an), autrichiens (120 165), allemands (108 894), britanniques (106 000), hollandais (102 039), danois (91 767), irlandais (87 258) et belges (86 064). La France (avec 85 200 euros brut par an) arrive au neuvième rang de ce classement qui compile les données de 27 Parlements nationaux de l'Union européenne.

Les parlementaires français sont donc classés à la fin du premier tiers des 27 pays, devant la Grèce, le Portugal, l'Espagne, la Pologne... Et les députés français gagnent plus que la moyenne européenne, évaluée à 60 843 euros de rémunération brute annuelle.

Ils sont payés plus du double du salaire moyen en France

Au-delà des chiffres en valeur absolue, Euronews a traduit ces données en fonction du niveau de vie des 27 pays. En comparant le revenu des députés au revenu moyen de chaque pays, les Italiens restent les champions en gagnant 5,3 fois plus que la moyenne de la population active italienne, selon des données d'Eurostat de 2010. Pour un député français, ce ratio est de 2,5 (le salaire annuel brut moyen étant de 33 897 euros, toujours selon les données Eurostat datées de 2010).

Si l'on se fie au ratio qui prend en compte le niveau de vie dans les 27 pays de l'UE, la France figure à la 14e place, devant la moyenne européenne. Encore une fois, rien ne permet d'affirmer que les Français figurent "parmi les parlementaires les moins bien payés en Europe".

Ils disposent aussi de 5 770 euros pour leurs frais de représentation

Par ailleurs, il convient également de prendre en compte l'enveloppe destinée aux collaborateurs des élus, au cœur de la polémique dans les soupçons d'emplois fictifs pesant sur Penelope Fillon et deux des enfants du couple. "Au 1er février 2017, le montant mensuel du crédit est de 9 618 euros, spécifie le site de l'Assemblée. Calculé en principe pour trois collaborateurs, il peut toutefois, au gré du député, être versé au profit d’un nombre de personnes variant de un à cinq." 

A titre de comparaison, le Bundestag (la chambre des députés allemande) se montre nettement plus généreux. Chaque député, écrit Slate.fr, "a droit à une somme de 20 270 euros bruts pour employer à temps plein ou partiel jusqu’à six assistants". Mais le diable se niche dans les détails : ces collaborateurs sont payés directement par l'Assemblée (assurant ainsi une meilleure transparence), et non, comme en France, par le député via un contrat de droit privé.

Et il est par ailleurs strictement interdit, outre-Rhin, d'employer "un membre de sa famille". Pas question que femmes et enfants servent donc à fournir un "complément de revenu" à l'élu, pour reprendre l'expression de Patrick Stefanini, aux frais du citoyen-contribuable.

Enfin, on peut aussi ajouter l'indemnité représentative de frais de mandat qui permet à un élu de régler ses frais professionnels (loyer d'une permanence, frais d'essence, édition d'une lettre du député...). Fixée à 5 770 euros par mois, cette indemnité fait polémique car aucun contrôle n'est exercé sur la manière dont les députés dépensent cet argent.