François Fillon donne de ses nouvelles (pas l'homme politique, le journaliste)

Ce journaliste santé est souvent confondu avec son homonyme éliminé au premier tour de la présidentielle. Des situations qu'il raconte avec humour sur les réseaux sociaux. 

L\'ex-candidat de la droite et du centre, François Fillon, lors de son discours de défaite au premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017.
L'ex-candidat de la droite et du centre, François Fillon, lors de son discours de défaite au premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017. (BENJAMIN MENGELLE / AFP)

Pas facile de s'appeler François Fillon et d'être confondu avec lui en permanence. C'est le cas d'un journaliste spécialisé dans la santé, qui subit quotidiennement la célébrité de son homonyme. Dernière situation truculente en date, qu'il a relatée dimanche 6 août sur Twitter : un commandant de bord d'un avion Air France est venu le saluer personnellement, pensant serrer la main du candidat des Républicains à la présidentielle. 

Contacté par franceinfo, l'homme n'a pas souhaité s'exprimer plus longuement sur cet (énième) épisode de sa dure vie d'homonyme. Car l'année 2017 a dû lui sembler particulièrement longue. Durant la campagne présidentielle, l'homme a dû essuyer de nombreuses critiques et insultes sur les réseaux sociaux, les internautes pensant s'adresser à l'ancien Premier ministre.

Le lendemain du premier tour de la primaire de la droite qui a donné lieu à la victoire surprise de François Fillon, le journaliste s'exaspérait déjà des méprises provoquées par cette homonymie, à grand renfort de lettres capitales. 

Dans un article intitulé "Merci de laisser tranquille cet homonyme de François Fillon", le journaliste de BuzzFeed Jules Darmanin faisait part de sa solidarité, homonymie oblige avec l'actuel ministre de l'Action et des Comptes publics, autrefois député LR. François Fillon a aussi pu compter sur la compassion et l'ironie de ses abonnés sur les réseaux sociaux, qui regorgent d'idées pour lui éviter d'être submergé par des messages indésirables. 

Si François Fillon n'a pas souhaité répondre à franceinfo, il préfère prendre la situation avec recul et rire des quiproquos, comme le souligne Télé-Loisirs. "Merci pour vos messages depuis hier. Non, ce n'est pas un 'cauchemar' contrairement à ce que je lis dans la presse. C'est même drôle !", a-t-il fait remarquer dans un tweet après la victoire de François Fillon au second tour de la primaire. Et s'il le prend avec le sourire, autant dire qu'on en rigole franchement.