"Cabinet noir" : "Il y a une dignité, une responsabilité à respecter", répond Hollande à Fillon

Dans "L'Emission politique" jeudi soir, François Fillon a accusé François Hollande d'être à la tête "d'un cabinet noir". Le président de la République s'est exprimé vendredi en exclusivité pour franceinfo. 

Le président François Hollande fait un discours à l\'inuaguration du \"Memorial du Debarquement et de la Liberation en Provence\", à Toulon, le 16 mars 2017.
Le président François Hollande fait un discours à l'inuaguration du "Memorial du Debarquement et de la Liberation en Provence", à Toulon, le 16 mars 2017. (BORIS HORVAT / POOL/AFP)

François Hollande s'est exprimé, vendredi 24 mars, au micro de Jacques Vendroux pour France Bleu , après les attaques de François Fillon l'accusant d'être à la tête "d'un cabinet noir". Un entretien diffusé par franceinfo. "Tout est clair ici, et ce qui n'est pas clair c'est ce que François Fillon doit justifier auprès de la justice", a déclaré le président de la République, en marge de l'émission Stade Bleu

"Monsieur Fillon est en deça"

"Je ne veux pas rentrer dans le débat électoral, je ne suis pas candidat. Mais, il y a une dignité, une responsabilité à respecter. Je pense que Monsieur Fillon est au-delà, en deça", a insisté François Hollande.

"Il n'y a pas de cabinet noir à l'Elysée, poursuit le chef de l'Etat. Il y a un cabinet qui travaille mais nous n'avons pas à nous mêler des affaires et ma position a toujours été l'indépendance de la justice, le respect de la présomption d'innocence, et ne jamais interférer. C'est très différent de mes prédécesseurs."

Dans L'Emission politique sur France 2, jeudi, François Fillon a accusé François Hollande d'être à la tête d'un "cabinet noir" qui orchestrait des fuites contre lui. Le candidat de la droite à la présidentielle a par ailleurs demandé l'ouverture d'une enquête. Dans un communiqué, François Hollande avait, dans la foulée, "condamné avec la plus grande fermeté" des "allégations mensongères", avant de réagir à nouveau vendredi matin pour franceinfo.