VIDEO. Haut-commissaire au Plan : une "très bonne idée" pour Nicolas Hulot qui attend "avec beaucoup de curiosité le rôle de François Bayrou"

L'ancien ministre insiste sur la nécessité d'avoir de "la méthode", "de la visibilité" et de la "cohérence" dans l'action politique.

FRANCE INTER / RADIOFRANCE

La création du poste de haut-commissaire au Plan et à la prospective est "une très bonne idée", a estimé mardi 1er septembre sur France Inter Nicolas Hulot, ancien ministre de la Transition écologique et solidaire. Il dit attendre "avec beaucoup de curiosité le rôle de François Bayrou" qui va être nommé à ce poste par Emmanuel Macron lors du Conseil des ministres du jeudi 3 septembre. "J'ai toujours regretté la disparition du commissariat au Plan", avoue l'ancien ministre.

Sans tomber dans la planification à la chinoise ou à la soviet, on a besoin de prévisibilité et de visibilité.

Nicolas Hulot

à France Inter

"Il faut de la méthode, il faut savoir les secteurs qu'on va pouvoir développer, les secteurs qu'il va falloir modérer, voire faire disparaître", explique-t-il.

L'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire juge que "la méthode" sera "très importante". "Il y a une partie de la France qu'on peut réindustrialiser, sur l'efficacité énergétique, sur les transports doux, sur la ville durable. C'est ça qu'il faut identifier", estime Nicolas Hulot qui y voit une "quête de cohérence".

Nicolas Hulot, président d’honneur de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, ancien ministre de la transition écologique et solidaire, le 1er septembre 2020 sur France Inter.
Nicolas Hulot, président d’honneur de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, ancien ministre de la transition écologique et solidaire, le 1er septembre 2020 sur France Inter. (FRANCEINTER / RADIOFRANCE)