Présidentielle 2027 : "Je n'ai jamais renoncé à aucun des devoirs qui sont les miens", affirme François Bayrou

Le président du MoDem ne rejette pas l'idée d'être candidat à l'élection présidentielle de 2027.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le président du MoDem François Bayrou, invité de la matinale de franceinfo jeudi 8 février. (FRANCE INFO / RADIO FRANCE)

Après les présidentielles de 2002, 2007 et 2012, François Bayrou sera-t-il à nouveau candidat à l'Élysée, en 2027 ? "Je n'ai jamais renoncé à aucun des devoirs qui sont les miens" ni à "aucune des responsabilités qui sont les miennes", répond le président du MoDem, après avoir refusé avec fracas de faire son retour au gouvernement. Il résume "l'enjeu de 2027" avec une formule aux airs de slogan de campagne. Cet enjeu, "c'est précisément qu'on arrive à réconcilier la France qui se bat en bas avec la France qui décide en haut".

"Élu de la province la plus lointaine de France", le maire de Pau affirme savoir "ce que vivent tous ceux qui observent, venant d'en haut, des directives qui sont souvent en contradiction avec ce qui se passe sur le terrain". "Je ne laisserai pas faire un certain nombre de dérives qui sont fondées sur l'ignorance par les responsables du sommet de ce que vivent les Français à la base", ajoute-t-il. "Corrigeons-les avec la majorité, avec le futur gouvernement, mais corrigeons-les et prenons-les en compte, ne jouons pas la surdité", lance-t-il.

"Ouvrez-les yeux sur ce que nous sommes en train de vivre. Ça va finir où ce truc ?" interroge-t-il. Il fait ici allusion à "la politique française telle qu'elle est conduite depuis de longues années et sans doute décennies", et donc sous l'actuel président. Toutefois, il ne regrettera "jamais" de l'avoir soutenu à la présidentielle de 2017, plutôt que d'être lui-même candidat. "Imaginez ce que nous aurions rencontré si Emmanuel Macron n'avait pas été élu, et s'il ne s'était pas créé ce nouveau paysage [politique] que nous vivons", qui ne se résume plus au clivage droite-gauche.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.