Législatives : pour François Bayrou, l'accord à gauche est "un grand désespoir" pour les socialistes, ça "signe la fin de tout ce qu'ils ont fait"

Invité sur France Inter, François Bayrou a exprimé sa tristesse sur les négociations d'accord entre La France Insoumise et le Parti Socialiste, alors qu'un accord a déjà été signé entre le parti de Jean-Luc Mélenchon et Europe Ecologie-Les Verts.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
François Bayrou, président du Modem, invité sur France Inter le 3 mai 2022. (CAPTURE ECRAN / FRANCE INTER)

"Je crois que cet accord n'ira pas jusqu'au bout parce qu'il y a suffisamment d'hommes et de femmes de conscience qui ne l'accepteront pas", a indiqué François Bayrou, président du Modem mardi 3 mai sur France Inter, concernant l'accord en cours de négociation entre La France insoumise et le Parti socialiste en vue d'une alliance pour les élections législatives des 12 et 19 juin. "Comment peuvent-ils signer la fin de tout ce pourquoi ils se sont battus ?", s'est interrogé le Haut-commissaire au Plan d'Emmanuel Macron. "Je pense à certains socialistes et j'ai en tête tous ceux qui ont exercé des responsabilités dans ce grand courant social-démocrate du pays", a poursuivi François Bayrou, convaincu qu'ils sont en train de "voir leur parti accepter, signer, la fin de tout ce qu'ils ont fait".

Le patron du Modem a ainsi pointé du doigt l'accord déjà conclu entre LFI et Europe Ecologie-Les Verts qu'il a qualifié "d'évènement extrêmement triste" dénonçant certaines propositions retenues dans cette alliance, comme le principe de désobéissance à l'Union européenne.

>>Législatives 2022 : suivez le direct

Selon lui, "il n'y a d'Europe que si tout le monde respecte les décisions prises en commun". L'accord entérine en effet la possibilité de désobéir si l'Union européenne empêche le projet de s'appliquer mais uniquement sur les cas budgétaires et économiques. "C'est une puissante annonce de dissolution, la vérité c'est que derrière tout ça, se dissimule l'idée que la France pourrait sortir de l'Union européenne", a ajouté François Bayrou, alors que l'accord rejette, noir sur blanc, toute escalade vers une sortie de l'UE, comme demandé par les Verts.

"C'est la sortie de la France et la fin de l'Europe"

"Je connais Jean-Luc Mélenchon depuis longtemps, c'est une blague, c'est une intox", a réagi le patron du Modem. Pour lui, acter "qu'un pays aussi important que la France ne respectera pas les règles, c'est la sortie de la France et la fin de l'Europe". "Comment voulez-vous que les autres pays acceptent que l'un des membres de notre entente, un membre essentiel pour la paix, puisse s'abstraire, s'éloigner, refuser les décisions qu'on a prises ensemble ?", a-t-il lancé.

De la même façon, François Bayrou a dénoncé la volonté du chef des Insoumis de "sortir de l'Otan", alors même que l'accord des écologistes et des Insoumis, sur ce point et celui de la guerre en Ukraine, ne l'acte pas. L'accord se contente en réalité d'un compromis minimaliste, à savoir une déclaration de principe pour la recherche de la paix, le respect de l'intégrité territoriale des pays et l'entame de coopérations altermondialistes. "Comment ça va être entendu par les Ukrainiens et par les Russes ? Comment une décision de cet ordre, qui est une décision pour couper les jarrets de tous ceux qui résistent, peut être acceptée par le grand courant social-démocrate français et par les écologistes ?", a-t-il poursuivi. "Tout ceci, c'est un désespoir pour un grand nombre", a conclu François Bayrou.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers François Bayrou

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.