Cet article date de plus de sept ans.

Formation professionnelle : un compte personnel de formation pour tous

C'est aujourd'hui qu'arrive à l'Assemblée nationale le projet de loi sur réforme de la formation professionnelle. L'accord, validé par les partenaires sociaux à la mi-décembre devrait être adopté par les deux chambres avant la fin du mois. Pourquoi réformer ? Parce que le système actuel ne fonctionne pas. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Nathanaël Charbonnier Radio France)

La formation professionnelle aujourd'hui, c'est un maquis ultra- complexe : il y a 55.000 organismes différents, plus ou moins sérieux. Seuls les mieux armés arrivent à s'y retrouver, ce qui
fait qu'aujourd'hui ceux qui ont le plus accès à la formation professionnelle,
ce sont les diplômés et les salariés des grandes entreprises. Autrement dit, ce sont ceux qui sont déjà les mieux formés
qui ont le plus accès a la formation...

Les demandeurs d'emploi sont les grands oubliés du système actuel, alors que, précisément, ils devraient avoir accès à la formation, pour pouvoir retrouver un travail. La faute à un système conçu pendant les Trente glorieuses,
dans une période de plein emploi, et géré principalement par les partenaires sociaux,
syndicats et organisations patronales, c'est-à-dire les représentants des salariés et des
entreprises.

Aujourd'hui, d'après une étude de l'Igas, l'Inspection générale des affaires sociales, seul un chômeur sur cinq a accès à une
formation. D'où la réforme qui arrive aujourd'hui à l'Assemblée.

Un compte de formation, pour tous

Ce qui va changer, c'est la création, à partir du 1er
janvier 2015, d'un compte personnel de formation - pour tout le monde et dès l'entrée dans la vie active.

En fonction de ses périodes de travail, on pourra accumuler des
heures de formations sur ce compte, dans lequel on pourra puiser tout au long de
sa carrière pour se former. 

Et ce compte suivra le salarié : il pourra conserver ses droits à la formation même si sa situation évolue. Ce qui n' était pas le cas jusqu'à maintenant.

150 heures maxi

On pourra accumuler jusqu' a 150 heures - contre 120 actuellement. Et le salarié pourra les utiliser sans l'accord de son
patron, s'il se forme en dehors de ses heures de travail. Pour se former sur son temps de travail, il faudra en
revanche l'accord de l'entreprise.

Quant aux chômeurs, l'idée c'est évidemment de faciliter leur accès aux formations, et donc au travail. De les former en fonction des besoins du marché. Aujourd'hui, on estime que près de 300.000 offres d'emplois ne trouveraient pas preneurs, faute de candidats ayant la formation adéquate.

Mais la réforme en cours, même si elle est un progrès, ne
suffira pas pour réellement rendre le système plus efficace : les 150 heures de
formation qu'on pourra accumuler, ca représente un mois de formation à temps
plein - pas vraiment suffisant pour apprendre complètement un nouveau
métier...

Calendrier serré

Le projet d'accord a déjà été signé par les partenaires sociaux, le 14 décembre dernier - sauf la CGT et la CGPME. Il doit maintenant être validé par le Parlement, en procédure accélérée : une lecture par chambre. Pour une adoption définitive avant la fin du mois.

Le ministre du Travail a appelé les parlementaires à ne pas bouleverser le projet de loi. "La démocratie sociale doit être respectée par la démocratie politique" , fait valoir Michel Sapin. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.