Exclu du FN, Jean-Marie Le Pen se dit victime d'un "peloton d’exécution"

Le cofondateur du Front National a été exclu du parti par le bureau exécutif du FN, notamment pour ses propos réitérés sur les chambres à gaz. Jean-Marie Le Pen va faire un recours contre cette exclusion et se dit victime d'un "assassinat" perpétré et ordonné par sa fille.

(Jean-Marie Le Pen se dit victime d'un "assassinat" après son exclusion du FN © REUTERS/Christian Hartmann)

Jean-Marie Le Pen a été exclu jeudi soir du Front national après avoir été entendu par le bureau exécutif du parti. Le cofondateur du FN était entendu pour, notamment, ses propos réitérés  sur les chambres à gaz. C'est par un simple communiqué que le FN a annoncé l'exclusion de Jean-Marie Le Pen ; "A l'issue de la réunion qui s'est tenue ce jour, le bureau exécutif du Front national, réuni en formation disciplinaire, a délibéré et a décidé, à la majorité requise, l'exclusion de Jean Marie Le Pen comme membre du Front national. La décision  complète et motivée sera notifiée prochainement à M. Le Pen ", indique le communiqué.

Jean-Marie Le Pen a immédiatement annoncé qu'il allait faire un recours contre son exclusion, après s'être dit "indigné ", "piégé ", et "victime d'un guet-apens ". Sur RTL, vendredi matin, le cofondateur du FN a parlé de "mascarade ". "C'est Marine Le Pen qui a pris cette décision elle-même ", a-t-il ajouté, se disant victime d'un "assassinat perpétré et ordonné par sa fille " mais assurant être toujours président d'honneur du parti. "Elle commandait au loin au téléphone le peloton d'exécution mais elle ne voulait pas en faire partie parce que ça fait vilain, c'est sale de tuer son papa, alors elle n'a pas tué papa directement mais elle l'a fait tuer par des sbires. "

A LIRE AUSSI ►►► Jean-Marie Le Pen exclu : une "issue logique" pour Marine Le Pen

De "l'acharnement" selon Bruno Gollnisch

Le député européen frontiste, Bruno Gollnisch, était l’invité de France Info ce vendredi. Ce proche de Jean-Marie le Pen a parlé d’ "acharnement" pour évoquer l’exclusion de son ami.

"Jamais dans mes cauchemars les plus erratiques, je n’aurais envisagé que Jean-Marie Le Pen puisse être exclu du FN par sa fille".

En évoquant l'entretien du cofondateur du FN au journal Rivarol , Bruno Gollnisch a estimé que la décision de jeudi pose un problème politique. "Qu’y a-t-il dans les propos qu’il a tenus qui serait contraire à la doctrine, aux principes du Front national ?" s’est-il interrogé.

Bruno Gollnisch apporte son soutien à Jean-Marie Le Pen
--'--
--'--

Jean-Marie Le Pen avait dit souhaiter "que cet épisode un petit peu polémique soit une étape vers la réunification active du FN" , ajoutant s'être expliqué non devant ses "juges " mais devant des "compagnons de combat".

 

"Je suis un homme seul" - Jean-Marie le Pen a été entendu par le bureau exécutif du FN
--'--
--'--

"Il n'y a pas de chef ici, il n'y a que des fantassins" 

Face à l'absence de sa fille, Jean-Marie Le Pen avait ironisé en arrivant sur place: "les chefs sont aux abris, il n'y a que les fantassins ici ". Une heure après, une déclaration écrite de Jean-Marie Le Pen a été distribuée à la foule de journalistes faisant le pied de grue à l'extérieur.  Il y demandait que soit convoqué "au plus tôt un congrès des adhérents " ou à défaut un "comité central ". Sans surprise, il a récusé "la compétence " et "l'indépendance " de ce bureau exécutif.