Eva Joly toujours très offensive

Fidèle à sa réputation de pugnacité, Eva Joly ne mâche pas ses mots. Dans un entretien publié mercredi par Libération, la candidate à la présidentielle d'EE-LV dénonce un "système financier malade" et "un clan qui a pris le pouvoir dans notre pays"

Eva Joly est crédité de 6% d\'intentions de vote dans les sondages.
Eva Joly est crédité de 6% d'intentions de vote dans les sondages. (AFP - Thierry Zoccolan)

Fidèle à sa réputation de pugnacité, Eva Joly ne mâche pas ses mots. Dans un entretien publié mercredi par Libération, la candidate à la présidentielle d'EE-LV dénonce un "système financier malade" et "un clan qui a pris le pouvoir dans notre pays"

"Mon objectif aujourd'hui est de réussir le rendez-vous entre l'écologie et les Français. Le système financier est malade. Tout comme le système d'exploitation sauvage des ressources et des matières premières", souligne Mme Joly avant d'affirmer "Il faut donc changer de paradigme pour les réguler". Dans le collimateur de l'eurodéputée "le mouvement néolibéral, malheureusement majoritaire en Europe" qui n'a pas réagi après la crise 2008. Et de fustiger "l'oligarchie des grands établissements financiers qui décide" toujours.

"L'Europe, c'est un navire qui n'est pas achevé et affronte la tempête. On va voir si on est capable de le consolider pour qu'il arrive à bon port", promet-t-elle.

Autre objet du courroux de la candidate écologiste : les "affaires" (Bettencourt, écoutes de journalistes, ndlr) "symptôme du fait que c'est un clan qui a pris le pouvoir dans notre pays". "Un clan qui privatise les institutions à son profit et notamment la justice", poursuit Mme Joly. "S''il y a des fuites, cela relève du droit pénal classique : on porte plainte et on laisse un juge enquêter dans le cadre de la loi", rappelle aussi l'ancienne magistrate.

"En Grande-Bretagne, en Allemagne, aux Etats-Unis ou dans les pays nordiques, ce gouvernement n'aurait pas survécu vingt-quatre heures!"

Avec Laurence Vichnievsky, une amitié de 25 ans

Interrogé sur la démission de Laurence Vichniesky, qui vient de quitter son poste de porte-parole après des prises de positions contraires à celle du parti sur la dette, Eva Joly assure: "Laurence et moi, c'est une amitié de vingt-cinq ans que rien ne peut altérer".

"Nous sommes une maison ouverte, il y a différentes tendances, elle représente un courant qui existe dans l'opinion, ce n'est pas ma façon de voir mais c'est tout à faire respectable, elle a droit à sa liberté de parole", a-t-elle aussi déclaré mercredi sur BFM-TV.

"Elle est membre du Bureau exécutif et elle fait la campagne avec moi", a poursuivi l'eurodéputée. Démonstration à l'appui. Eva Joly et Laurence Vichnievsky seront réunis pour un déplacement à Marseille.