Cet article date de plus de dix ans.

Eva Joly tente de relancer sa campagne et défend une France "qui n’a rien à avoir avec Sarkozy"

Créditée par les enquêtes d’opinion de 2 à 3% des intentions de vote, Eva Joly a tenu ce samedi soir à Roubaix son premier grand meeting. La candidate écologiste a tenté de relancer sa campagne en défendant une France "qui n’a rien à avoir avec celle de Sarkozy".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Après avoir dévoilé dans la matinée
son programme "L’Ecologie, c’est
la solution", Eva Joly a prononcé à Roubaix (Nord) en début de soirée un
discours plus personnel, sans toutefois rompre avec son style un peu rêche.

Moquée par certains pour son accent norvégien, la candidate écologiste a débuté
son meeting avec humour en parlant Ch’ti.

Avant de détailler son programme, Eva Joly a "examiné"
les valeurs évoquées par Nicolas Sarkozy dans son interview au Figaro
magazine.
"Depuis cinq ans, il a démantelé l’école, il a démantelé
la justice, il a démantelé les hôpitaux",
a-t-elle expliqué au quelque
1.600 sympathisants venus l’applaudir. Et "pendant ce temps-là, Nicolas
Sarkozy a pris la responsabilité de faire des cadeaux à ses copains",

a-t-elle ajouté.

"Le travail ? Qu’a-t-il fait pour le travail ? Il y a aujourd’hui
quatre millions de chômeurs
(…) Le référendum qu’il préconise en réalisé
n’a d’autre objet que de faire dire à la classe moyenne : « les chômeurs
sont des fainéants »",
a déclaré Eva Joly.

La candidate écologiste misait sur cette journée dans le Nord pour
enrayer sa chute dans les sondages, qui la créditent actuellement de 2 à 3% des
voix. Un score qui sème la panique au sein de son parti.

La plupart des ténors d’Europe Ecologie-Les Verts avaient fait le déplacement à
Roubaix pour soutenir la candidate. Daniel Cohn-Bendit manquait à l’appel mais
l’eurodéputé avait enregistré un message vidéo de soutien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.