Cet article date de plus de dix ans.

Eva Joly tente de relancer sa campagne à Roubaix, "terre de l'écologie populaire"

Eva Joly a présenté son projet présidentiel, à l'occasion de son premier grand meeting de campagne samedi 11 février à Roubaix (Nord), "terre de l'écologie populaire". Tour à tour, les figures du parti ont tenté d'afficher une sérénité retrouvée.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Cécile Duflot, Eva Joly et Noël Mamère à Roubaix le 11 février (AFP PHOTO / BERTRAND GUAY)

Eva Joly a présenté son projet présidentiel, à l'occasion de son premier grand meeting de campagne samedi 11 février à Roubaix (Nord), "terre de l'écologie populaire". Tour à tour, les figures du parti ont tenté d'afficher une sérénité retrouvée.

Eva Joly, candidate d'Europe Ecologie - Les Verts à l'élection présidentielle, a présenté son projet, le pacte écologique et social, lors de son premier grand meeting à Roubaix (Nord) samedi. L'occasion pour elle de donner un coup de fouet à sa campagne, alors que l'ancienne magistrate souffre d'un déficit de popularité aux yeux de l'opinion publique.

Plus de 800 sympathisants et militants ont applaudi la candidate, soutenue par les figures nationales et locales du parti. Parmi elles, Cécile Duflot, Noël Mamère, Jean-Vincent Placé, Denis Baupin, Marie-Christine Blandin, Hélène Flautre, et Slimane Tir. Ce dernier a été présenté comme le représentant de la "diversité" d'Europe Ecologie - Les Verts (EELV).

Créer un million d'emplois

Le matin, Eva Joly a présenté son projet, largement inspiré du programme EELV. La candidate écologiste a axé ce projet, "l'aboutissement de 40 années de réflexion et de recherche", sur trois axes : le chômage, le pouvoir d'achat et la santé.

La députée européenne a rappelé qu'elle comptait créer un million d'emplois par ce qu'elle appelle la "transition écologique" vers une "économie verte".

Mme Joly souhaite aussi "alléger les charges qui pèsent sur les ménages" en instaurant un "moratoire de trois ans sur les hausses des loyers" pour défendre le pouvoir d'achat des Français.

Concernant le volet santé de son projet, elle a notamment proposé de développer une alimentation 100 % biologique dans les cantines scolaires et de supprimer les engrais chimiques dans l'agriculture française.

Eva Joly a insisté sur le "réalisme" de son projet, dénonçant le concept de la croissance économique basée sur des "mesures obsolètes".

"Ne laissez plus dire que les écologistes sont de doux rêveurs, a-t-elle déclaré. Le réalisme est désormais de notre côté."

Augmenter de 50 % tous les minimas sociaux

Parmi les propositions nouvelles, la candidate EELV souhaite augmenter de 50 % tous les minimas sociaux, à commencer par l'Allocation aux adultes handicapés.

Eva Joly compte aussi instaurer une contribution climat-énergie, dont les revenus devraient servir pour moitié à financer les investissements publics dans l'écologie, tandis que l'autre moitié devrait être redistribuée sous forme d'un "chèque vert" aux plus défavorisés.

L'ancienne magistrate a enfin annoncé son intention d'instaurer deux nouvelles tranches d'impôts sur le revenu : l'une à 60 % au-delà de 100 000 euros et l'autre à 70 % au-delà de 500 000 euros.

A noter la disparition de la référence à la baisse du temps de travail à 32 heures par semaine.

La candidate a insisté sur les "plus-values Eva Joly". Elle a souligné qu'elle comptait notamment supprimer la référence à la "race" dans l'article 1 de la Constitution, "n'en déplaise à Claude Guéant", a-t-elle lancé.

Mme Joly souhaite aussi développer les "class action", un "recours collectif" pour "donner la possibilité aux citoyens de faire un regroupement des procédures" judiciaires.

Enfin, la candidate EELV veut imposer une responsabilité judiciaire aux maisons-mères des grandes entreprises pour leur filiales et lever le secret défense sur les essais nucléaires en Algérie.

La question, ce n'est pas Eva Joly

Le choix de Roubaix pour accueillir le meeting de la candidate EELV n'est pas anodin.

L'équipe de campagne d'Eva Joly a présenté Roubaix comme la "terre de l'écologie populaire" qui illustre la "richesse de la diversité". Une manière d'affirmer que l'écologie "n'est pas réservée à ceux qui ont de l'argent".

Du reste, la candidate a salué la candidature de Slimane Tir, figure locale du parti, aux élections législatives. Celui-ci devrait porter les couleurs d'une large union de la gauche dans la 8e circonscription de Roubaix.

Après les doutes qui ont parcouru le parti quant à la poursuite de la campagne d'Eva Joly, l'entourage de la candidate a tenté d'afficher plus de sérénité.

"Notre candidate va, dans cette période de débat présidentiel, démontrer que c'est par l'Europe que nous allons arriver à trouver des solutions à la crise, a fait savoir Daniel Cohn-Bendit, absent au meeting. C'est pour cela que la candidature d'Eva Joly est utile."

"La question, ce n'est pas Eva Joly, a estimé un proche. La question, c'est l'écologie. Il s'agit de rassurer les électeurs que François Hollande va gagner. On est complémentaire du Parti socialiste ! Ce qui compte, c'est que ce quinquennat soit utile."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.