Cet article date de plus d'onze ans.

Europe Ecologie et le PS ne sont pas parvenus à trouver un accord pour une liste commune en Languedoc-Roussillon

Les discussions pour une union dès le premier tour, mercredi, entre la maire de Montpellier Hélène Mandroux et Jean-Louis Roumégas, le leader régional d'Europe Ecologie, ont tourné court.Les négociations ont achoppé notamment sur la question de la tête de liste. Il s'agit d'une bonne nouvelle pour George Frêche, déjà conforté par les sondages,
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Selon Jean-Louis Roumégas, le PS n'avait "pas de projet", "pas de liste" mais revendiquait la tête de liste.

Les discussions pour une union dès le premier tour, mercredi, entre la maire de Montpellier Hélène Mandroux et Jean-Louis Roumégas, le leader régional d'Europe Ecologie, ont tourné court.

Les négociations ont achoppé notamment sur la question de la tête de liste. Il s'agit d'une bonne nouvelle pour George Frêche, déjà conforté par les sondages,

"Nous avons décidé de rompre les négociations pour le premier tour, il n'y avait pas d'entente possible", a déclaré Jean-Louis Roumégas, laissant cependant entendre que les deux listes pourraient se "retrouver" au deuxième tour. Selon lui, les socialistes étaient "obsédés uniquement par le leadership d'une liste anti-Frêche".

Côté PS, on se désole de cet échec. "C'est avec regret que nous ne pouvons que constater l'absence d'un accord en vue d'une liste commune pour le premier tour des prochaines élections régionales", écrit dans un communiqué l'équipe de

campagne de la tête de liste PS, Hélène Mandroux.

"Les discussions ont achoppé sur le nom de la tête de liste, alors même que la rencontre (de mardi, la première entre les deux formations) avait permis de définir une juste représentation, dans le respect de l'identité et du poids de chacun", selon le communiqué.

"La candidature d'Hélène Mandroux comme tête de liste reste la meilleure pour rassembler la gauche dans notre région, comme en attestent les premières indications des sondages", poursuit le communiqué, ajoutant: "Ses qualités de maire, sa notoriété, sa crédibilité sont autant d'atouts qui peuvent permettre de l'emporter".

Quant à Georges Frêche, qui poursuivait mercredi son marathon
médiatique à Paris, il s'est dit certain d'être "débarrassé" des
deux listes socialiste et écologiste au deuxième tour.

Bien qu'il soit exclu du parti, le PS avait initialement décidé de soutenir la liste du président sortant de Languedoc-Roussillon, sur laquelle figurent de nombreux membres du PS et que les militants soutiennent. Mais après ses propos douteux sur Laurent Fabius, le PS a décidé d'investir la maire de Montpellier, Hélène Mandroux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.