Entre les Français et la politique, la confiance se dégrade (encore)

Près d'un Français sur trois se déclare "dégoûté" par la politique, selon une enquête publiée lundi.

87% des Français estiment que les responsables politiques se préoccupent peu ou pas du tout de leur avis, selon une étude publiée le 13 janvier 2014.
87% des Français estiment que les responsables politiques se préoccupent peu ou pas du tout de leur avis, selon une étude publiée le 13 janvier 2014. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

A moins de trois mois des municipales, et à moins de cinq mois des européennes, les Français boudent toujours plus la politique, et renvoient dos à dos gauche et droite traditionnelle. Tels sont les deux enseignements à retenir d'une enquête annuelle menée par l'institut OpinionWay (PDF) pour le centre de recherches de Sciences Po*, et publiée lundi 13 janvier.

Le "dégoût" pour la politique habite désormais 31% des Français (contre 23% en décembre 2010), alors que 36% des personnes interrogées déclarent éprouver de la "méfiance" et 1% seulement du "respect".

Autre chiffre inquiétant : 60% affirment n'avoir confiance ni dans la droite, ni dans la gauche pour gouverner le pays, soit huit points de plus qu'un an plus tôt. De même, 87% des personnes interrogées estiment que les responsables politiques se préoccupent peu ou pas du tout de leur avis, une progression qui semble inexorable depuis quatre ans.

Deux Français sur trois estiment qu'il y a trop d'immigrés

Plus généralement, le politologue Pascal Perrineau, chercheur au Cevipof, constate "une progression de la sinistrose", qui s'accompagne d'"une dégradation relative du vivre-ensemble". Les sondés expriment d'ailleurs une méfiance croissante à l'égard des personnes de nationalité étrangère : seuls 60% déclarent leur faire confiance (contre 72% en décembre 2009). Parrallèllement, 67% des Français jugent qu'"il y a trop d'immigrés en France" (contre 49% en décembre 2009), tandis que 50% estiment qu'"il faut rétablir la peine de mort" (contre 32% en décembre 2009).

Rien d'étonnant, dès lors, à ce que le Front national représente l'opposition autant que l'UMP (36% chacun). Rien d'étonnant non plus à ce que Marine Le¨Pen (34%) talonne Nicolas Sarkozy (36%) pour ce qui est de la cote de confiance, quand François Hollande est à 20%, et Jean-François Copé à 13%.

 

*Enquête réalisée par internet du 25 novembre au 12 décembre 2013 auprès d'un échantillon de 1 803 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus inscrite sur les listes électorales.