Cet article date de plus de dix ans.

En Meurthe-et-Moselle, Nadine Morano sous la menace d'une triangulaire avec le FN

L'ex-ministre Nadine Morano part favorite au premier tour des législatives dans la cinquième circonscription de Meurthe-et-Moselle, à Toul, mais la présence du Front national dans une triangulaire au second tour pourrait lui être fatale.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Nadine Morano sous la menace d'une triangulaire en Meurthe-et-Moselle (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

L'ex-ministre Nadine Morano part favorite au premier tour des législatives dans la cinquième circonscription de Meurthe-et-Moselle, à Toul, mais la présence du Front national dans une triangulaire au second tour pourrait lui être fatale.

L'ex-ministre de l'Apprentissage Nadine Morano, proche de Nicolas Sarkozy, fait intensivement campagne depuis quinze jours, bien décidée à endiguer le vote FN, alors que Marine Le Pen avait recueilli plus de 24% des suffrages à la présidentiel le 22 avril dernier.

"Nous avons à parler à tous les Français. Arrêtons de parler du péril FN. J'ai à parler de sécurité, d'immigration", martèle celle qui avait repris cette circonscription rurale à la gauche en 2002.

"Quelle est la cote d'amour de Nadine Morano ?"

"Je suis proche des gens, fille d'ouvrier, je sais ce que c'est que le travail", rappelle Mme Morano, qui revendique le bon score de Nicolas Sarkozy dans ce territoire - près de 53% des suffrages au second tour -, la seule circonscription du département où il est arrivé en tête.

"Cela n'est pas aussi simple: en 2007, en tant que députée sortante, elle avait recueilli un score médiocre, deux points de moins que Nicolas Sarkozy un mois plus tôt", tempère Etienne Criqui, professeur de sciences politiques à l'Université de Lorraine à Nancy, qui estime "difficile de faire un pronostic".

"Quelle est la cote d'amour de Nadine Morano, la réalité de son implantation?", s'interroge le politologue, qui rappelle l'échec de l'ex-ministre aux municipales de Toul, en 2008.

"Tremblez, Madame Morano"

Son challenger socialiste, Dominique Potier, maire d'une petite commune, réputé discret mais particulièrement implanté dans la circonscription, veut croire que "le changement, c'est ici".

"Tremblez, Madame Morano, tremblez !", harangue cet agriculteur qui entend, en cas de victoire, être un "député normal" à l'image de François Hollande, par opposition à la parlementaire sortante.

Ses concurrents à gauche, LO, FDG, et EELV devraient être d'utiles réserves de voix au second tour, de même que le centriste Hervé Brosseau, un avocat de Nancy déterminé "à faire battre Nadine Morano".

"Si l'on se fie aux dernières échéances électorales depuis deux ans, le bloc des gauches peut être supérieur à celui des droites", observe Etienne Criqui.

Le risque d'une triangulaire

"La véritable inconnue est celle de la possibilité d'une triangulaire : le cas échéant, elle pourrait être fatale à Mme Morano", fait valoir le politologue.

Il suffirait en effet que deux tiers des électeurs de Marine Le Pen à la présidentielle votent pour le candidat Front national, Olivier Prugneau, pour que celui-ci se maintienne au deuxième tour de la législative.

Cet enseignant, qui se définit comme "gaulliste de gauche", s'était fait connaître il y a dix ans en tant que secrétaire départemental du MRC de Jean-Pierre Chevènement.

Candidat malheureux aux législatives en 2002, il avait ensuite soutenu le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan pour la présidentielle de 2007, avant de rallier le parti d'extrême droite.

Ses prédécesseurs frontistes dans cette circonscription avaient toutefois peiné à convaincre : en 2002, le candidat du FN aux législatives n'avait recueilli que la moitié des voix qui s'était portées sur Jean-Marie Le Pen un mois plus tôt.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.