Whirlpool : la folle journée d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen en quatre actes

En rendant une visite surprise aux grévistes à Amiens, mercredi, Marine Le Pen a défié à distance le candidat d'En marche !, venu rencontrer l'intersyndicale.

Marine Le Pen pose avec des sympathisants, le 26 avril 2017, devant l\'usine Whirlpool d\'Amiens (Somme).
Marine Le Pen pose avec des sympathisants, le 26 avril 2017, devant l'usine Whirlpool d'Amiens (Somme). (AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Coup de théâtre à Amiens. Alors qu'Emmanuel Macron rencontrait des représentants de l'intersyndicale de l'usine Whirlpool, mercredi 26 avril, dans la cité picarde, sa rivale pour le second tour de la présidentielle, Marine Le Pen, s'est présentée par surprise devant l'entreprise menacée de délocalisation en Pologne. Les deux candidats se sont alors affrontés à distance. Retour sur cette journée de campagne rocambolesque.

>> Suivez notre direct sur la campagne de l'entre-deux-tours 

1Macron rencontre des salariés à la chambre de commerce

Chose promise, chose due. Comme il s'y était engagé avant le premier tour, Emmanuel Macron s'est rendu à Amiens, mercredi matin, pour s'entretenir avec des syndicalistes de l'usine Whirlpool, qui doit fermer en 2018. Le déplacement, officialisé la veille par son équipe de campagne, a pris la forme d'une rencontre en terrain neutre, dans les locaux de la chambre de commerce et d'industrie d'Amiens-Picardie.

"Je suis venu ici à l'écoute des salariés, pour parler de manière efficace, pour accompagner de manière responsable et ne faire aucune démagogie, a lancé le candidat avant son échange avec une douzaine de représentants. Les gens du FN sont habitués à ne pas régler les problèmes mais à les exploiter. Je cherche à les régler, pas à les exploiter."

2Le Pen arrive par surprise devant l'usine

Au même moment, à l'heure du déjeuner, Marine Le Pen se présente devant l'usine menacée de fermeture. Une contre-visite organisée de manière confidentielle, au contact des ouvriers et de militants du Front national"Elle est restée là 35 minutes avec les employés et les ouvriers, le temps de prendre un verre et des merguez dans un sandwich", indique à franceinfo un militant.

Sur place, la candidate s'est expliquée : "Quand j'ai appris qu'Emmanuel Macron venait ici et qu'il n'entendait pas rencontrer les salariés, qu'il n'entendait pas venir sur ce piquet de grève, mais qu'il allait à l'abri dans je ne sais quelle salle de la chambre de commerce pour rencontrer 2-3 personnes triées sur le volet, j'ai trouvé que c'était une preuve de mépris à l'égard de ce que vivent les salariés de Whirlpool que j'ai décidé de sortir de mon comité stratégique [à Paris] et de venir vous voir."

Voir la vidéo

Quelques militants du Front national étaient déjà sur place au moment de l'arrivée de la candidate. "On est très régulièrement devant l'usine, avec de très bons liens avec les syndicalistes", affirme l'un d'eux à franceinfo.

3Macron critique la stratégie de Le Pen

Alerté par la CGC de la visite surprise de Marine Le Pen, Emmanuel Macron annonce alors qu'il se rendra, dans l'après-midi, avec l'intersyndicale, sur le site de Whirlpool, pour y rencontrer des grévistes. "Madame Le Pen fait de l'utilisation politique puisqu'elle va haranguer des militants politiques sur un parking", dénonce-t-il.

Il explique que la réunion avec l'intersyndicale a été organisée à la chambre de commerce car la direction de Whirlpool a refusé qu'elle ait lieu dans les locaux de l'entreprise. La CGC et l'entourage du candidat précisent que le principe d'une visite dans l'après-midi devant l'usine a été acté avant l'annonce de la venue de Marine Le Pen.

4Macron se rend à son tour devant l'usine

En milieu d'après-midi, le candidat d'En marche ! arrive sur le site de Whirlpool, entouré de nombreux journalistes. Des salariés l'attendent sur place. Des sifflets et des slogans "Marine présidente" se font entendre dans la cohue. 

Après de longues minutes d'atermoiements, Emmanuel Macron finit par s'extraire de la nuée de caméras et réussit à rencontrer des salariés derrière un portail dans l'enceinte de l'usine. L'échange dure environ une demi-heure, notamment en présence du réalisateur de Merci patron !, François Ruffin, candidat de gauche aux législatives dans la Somme, et le candidat quitte le site à 16h30, une heure et demi après son arrivée.

Voir la vidéo