VIDEO. Rétention des notes du bac : "On ne peut pas prendre nos enfants et leur famille en otage", lance Emmanuel Macron

Le président de la République s'est exprimé au sujet des enseignants qui ont refusé de rendre des copies du bac.

FRANCEINFO/RADIOFRANCE

Pour contraindre le gouvernement à rouvrir des négociations sur la réforme du bac qu'ils dénoncent, des professeurs ont refusé cette semaine de saisir les notes des candidats au baccalauréat mais aussi, pour certains, de rendre les copies. "On ne pas prendre nos enfants et leurs familles en otage" a réagi dimanche 7 juillet Emmanuel Macron lors d'un entretien exclusif accordé à Jacques Vendroux diffusé sur franceinfo, en direct du stade de Lyon, avant la finale de la Coupe du monde féminine de football entre les Etats-Unis et les Pays-Bas à 17h.

Le président de la République a estimé que Jean-Michel Blanquer avait eu "la bonne réaction" en décidant qu'en l'absence de certaines notes, les notes du contrôle continu de l'année seraient prises en compte pour compléter la moyenne.

Je respecte chacune et chacun, la liberté d'opinion et la liberté syndicale, mais à la fin des fins, on ne peut pas prendre nos enfants et leurs familles en otage.

Emmanuel Macron

à franceinfo

"Je crois que, quand on est enseignant dans la République française, on a des devoirs aussi, a déclaré le président de la République. Notre devoir à tous, c'est que, quand il y a un examen attendu avec angoisse, qui vient sanctionner la fin des études secondaires et l'entrée dans la vie universitaire et la suite, le devoir c'est d'être au rendez-vous et de faire ce qu'on doit faire. Pour le reste, il peut y avoir des désaccords, il y a évidemment le droit de grève, de manifestation et j'y tiens beaucoup. mais en aucun cas, ces désaccords ne peuvent s'exprimer en prenant en otage nos jeunes et dans un moment d'angoisse important pour leurs familles."

"99% de celles et ceux qui font chaque jour l'éducation de nos jeunes ont le sens du devoir, a poursuivi Emmanuel Macron. On a des enseignants qui, de la maternelle au supérieur, parfois dans des conditions matérielles difficiles, avec des rémunérations pas satisfaisantes, sont là et accompagnent nos jeunes. C'est le plus beau métier. Je ne veux pas le laisser salir, écorner."

Emmanuel Macron sur franceinfo le 7 juillet 2019.
Emmanuel Macron sur franceinfo le 7 juillet 2019. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)