Vidéo Présidentielle : pour Sébastien Chenu, Valérie Pécresse est "le sosie féminin" d'Emmanuel Macron, "c'est Valérie Macron"

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Selon le porte-parole du Rassemblement national, si "Valérie Pécresse bénéficie d'un coup de booster", c'est en raison de "la nouveauté de sa candidature": "Les Français la découvrent mais ça ne durera pas".

"Valérie Pécresse c'est le même parcours qu'Emmanuel Macron, c'est pour moi Valérie Macron", a déclaré Sébastien Chenu, porte-parole de Marine Le Pen et du Rassemblement national, ce samedi sur franceinfo. "C'est son sosie féminin, les mêmes écoles, le même univers social, le même tropisme libéral, européiste, toute sa carrière en atteste", a-t-il ajouté concernant la candidate Les Républicains à l'élection présidentielle.

"Les LR, moi j'en viens, on les a vus à l'œuvre ces gens-là, pendant les élections on agite Éric Ciotti, puis lorsqu'on gouverne, on gouverne avec des centristes, avec une idéologie qui ressemble à celle d'Emmanuel Macron", a estimé Sébastien Chenu. "Valérie Macron est Macron compatible", a-t-il insisté, précisant que l'appeler comme cela dit "tout ce qu'elle est" et qu'elle "ne veut pas assumer".

"Ce coup de booster ne durera pas"

"On va la découvrir", a-t-il prévenu. "Quand on découvre les gens, on découvre aussi qui ils sont, leur parcours, leur profil, leurs méthodes, leurs équipes quand ils en ont et leur programme", a poursuivi Sébastien Chenu. Selon lui, si "Valérie Pécresse bénéficie d'un coup de booster", c'est en raison de "la nouveauté de sa candidature". "Les Français la découvrent mais je pense que ce coup de booster ne durera pas", a-t-il réagi concernant les derniers sondages qui donnent la candidate LR en deuxième position derrière le chef de l'État, malgré le fait qu'il ne s'est pas encore déclaré candidat.

Par ailleurs, pour Sébastien Chenu, si Emmanuel Macron ne se déclare pas candidat à la présidentielle c'est "parce qu'il veut continuer à utiliser les moyens de l'État pour faire perdurer sa campagne". "Il sera en roue libre s'il est réélu, en roue libre pour faire tout ce qu'il n'a pas fait jusqu'à présent, c'est-à-dire continuer son œuvre de déconstruction de l'État français, de notre identité, de notre histoire, de nos équilibres, de notre modèle social", a-t-il indiqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.