Réforme des institutions : Emmanuel Macron a reçu François de Rugy et Gérard Larcher

Emmanuel Macron a rencontré François de Rugy et Gérard Larcher ce vendredi pour discuter de la réduction de 30% du nombre de parlementaires, dans le cadre de la réforme des institutions. Sur le plateau du 20 Heures, le journaliste Guillaume Daret nous en dit plus.

France 2

Emmanuel Macron a reçu ce vendredi matin les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat. Le président de la République souhaite une réforme des institutions, qui passe notamment par la réduction de 30% du nombre de parlementaires. À quoi pourrait ressembler le Parlement à l'avenir ? Pour l'Assemblée nationale, "ça veut dire passer de 577 députés aujourd'hui à 404 demain", et pour le Sénat "de 348 sénateurs à 244", commente le journaliste Guillaume Daret sur le plateau du 20 Heures.

Gérard Larcher ne veut pas céder trop facilement

L'objectif premier n'est pas de faire des économies. "Le budget des deux assemblées ne va pas diminuer de façon considérable. L'objectif, c'est de faire en sorte qu'il y ait moins de parlementaires, mais qu'ils disposent de plus de moyens. Cela veut dire avoir davantage de collaborateurs, plus nombreux et mieux formés, pour faire en sorte que le travail parlementaire soit le plus efficace possible", ajoute-t-il.

François de Rugy et Gérard Larcher ont-ils donné leur aval à cette réforme ? "Pour l'instant, il n'y a officiellement aucun accord. La partie de poker menteur se poursuit, entre un chef de l'État qui veut à tout prix mettre en places ses promesses de campagne, et Gérard Larcher, président du Sénat, de droite, qui ne veut pas céder trop facilement [...] C'est le Premier ministre, Édouard Philippe, qui va annoncer les détails de cette réforme en milieu de semaine prochaine", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président du Sénat, Gérard Larcher, à Montélier, dans la Drôme, le 20 février 2015.
Le président du Sénat, Gérard Larcher, à Montélier, dans la Drôme, le 20 février 2015. (CITIZENSIDE / CHRISTOPHE ESTASSY / AFP)