Présidentielle : l'UDI exclut (déjà) tout rapprochement avec Macron en vue des législatives

Jean-Christophe Lagarde a anticipé le résultat du second tour et exclut de négocier avec En marche ! dans le cadre des prochaines législatives. 

Emmanuel Macron salue ses soutiens après avoir voté dans un bureau de vote du Touquet (Pas-de-Calais), le 23 avril 2017.
Emmanuel Macron salue ses soutiens après avoir voté dans un bureau de vote du Touquet (Pas-de-Calais), le 23 avril 2017. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

La partie ne s'annonce pas gagnée si Emmanuel Macron remporte le second tour de l'élection présidentielle. Invité de LCI, lundi 24 avril, le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, a exclu de suspendre l'accord entre son parti et Les Républicains et de négocier avec le mouvement En marche ! en vue des législatives. 

>> Suivez toutes les réactions et les analyses au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle dans notre direct

"Nous avons évidemment nos candidats qui continuent leur campagne. A l'UDI, on a toujours fait la même chose, nous présentons des candidats, nous présentons un projet, les parlementaires qui sont élus votent pour ce qu'ils trouvent positif et contre ce qu'ils trouvent négatif", a déclaré Jean-Christophe Lagarde sur LCI.

"Il reste des différences"

Le parti centriste, soutien du candidat Les Républicains François Fillon, qui a été battu dimanche, a appelé à voter Emmanuel Macron, arrivé en tête devant la candidate du Front national Marine Le Pen. Toutefois, interrogé sur l'éventualité de négociations avec En marche ! en vue des élections législatives de juin, le président de l'UDI a répondu : "La question ne se pose même pas".

"Evidemment Emmanuel Macron est au centre gauche, nous sommes au centre droit, ça n'empêche pas le dialogue, n'empêche que sur le projet, il y avait des différences, il reste des différences", a expliqué Jean-Christophe Lagarde, disant partager "40 à 45%" du programme d'Emmanuel Macron. 

Si demain une majorité à l'Assemblée nationale venait à proposer une augmentation de la CSG, nous voterions contre, s'il s'agit de reconstruire une gouvernance européenne (...) évidemment on le soutiendra.Jean-Christophe Lagardesur LCI

"Aujourd'hui, moins d'un Français sur quatre ont approuvé je crois d'abord sa personne, peut-être aussi une part de son projet, il y a tous les autres Français qui ont besoin de s'exprimer, d'envoyer des députés à l'Assemblée nationale pour qu'on soit en situation de savoir quelle majorité veulent les Français", a-t-il encore ajouté.