Présidentielle : Aurélien Pradié (LR) refuse de "se soumettre" à Emmanuel Macron "avec lâcheté et opportunisme"

Le secrétaire général du parti Les Républicains ne cache pas sa colère après la proposition de ralliement à Emmanuel Macron pour la présidentielle de Christian Estrosi, le maire de Nice. Il "préfère rester un jeune député, qui peut-être n'aura rien compris à l'opportunisme politique, mais qui pourra longtemps se regarder devant une glace". 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Aurélien Pradié, secrétaire général du parti Les Républicains et député du Lot, invité de franceinfo le 30 juillet 2020  (RADIO FRANCE)

Christian Estrosi, maire LR de Nice, a appelé la droite à passer "un accord avec Emmanuel Macron" en vue de l'élection présidentielle de 2022, dans Le Figaro. Il a précisé qu'un tel accord se ferait sous conditions.

"Mon devoir éthique, mon devoir de valeur politique, c'est de m'opposer à un homme dont le projet politique n'est pas le mien et de ne pas m'y soumettre avec une lâcheté et un opportunisme que je trouve assez misérables", a réagi mardi 1er septembre sur franceinfo Aurélien Pradié, député LR du Lot, secrétaire général Les Républicains.

"La position de Christian Estrosi me désespère de cette époque politique. Emmanuel Macron n'est pas notre meilleur candidat", affirme l'élu Les Républicains.

Le projet de société qui est le sien n'est pas le nôtre, je le combats depuis plusieurs mois. Sur beaucoup de sujets, Emmanuel Macron ne porte pas la vision de société que je souhaite pour mon pays. 

Aurélien Pradié, député LR du Lot

à franceinfo

En tant que membre de l'opposition, "c'est notre rôle de responsable politique de porter une alternative. Je n'aime pas cette époque au sein de laquelle la lâcheté serait la règle, au sein de laquelle il faudrait passer des pactes et des accords, renier ses convictions, se perdre dans des combinaisons et ne pas avoir le courage de porter soi-même les idées auxquelles on croit", a insisté Aurélien Pradié. Pour lui, la conséquence électorale d'un tel choix est "terrible. Tous ceux qui ont voulu pactiser, combiner, l'ont payé cher."

Aurélien Pradié "préfère rester un jeune député, qui peut-être n'aura rien compris à l'opportunisme politique, mais qui pourra longtemps se regarder devant une glace, plutôt que d'être un vieux briscard qui aura tout compris et qui ce sera vendu au plus offrant."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.