Première dame : un statut qui fait débat

Le statut de la première dame sera remplacé par une charte de transparence. Un revirement qui intervient alors qu'une pétition sur internet avait déjà rassemblé plus de 200 000 signatures.

FRANCE 2

La question était polémique, l'Élysée a choisi de clarifier la situation quant au statut de la première dame, quitte à devoir se justifier. Pendant la campagne, le chef de l'État avait promis un statut clair pour son épouse. Ce lundi 7 août au soir, il précise qu'elle ne coûtera rien au contribuable. À l'origine, il y a même une pétition, celle de Thierry Paul Valette, artiste également connu pour son engagement politique, qui a recueilli 235 000 signatures.

Un rôle et un budget opaques jusqu'à présent

"Ce qui m'embête c'est que l'on va interdit aux députés et aux sénateurs d'utiliser leur propre épouse parce que ce n'est pas quelque chose de moral. Pourtant, on va faire une exception pour la femme du président de la République parce que c'est l'épouse du président de la République. C'est contradictoire et ça me gêne", explique l'artiste. Le gouvernement se défend : jusqu'alors, les épouses de président n'avaient aucun statut. Leur rôle, leur budget étaient opaques. Très attendu sur les enjeux d'emploi et de sécurité, le gouvernement a voulu éteindre au plus vite ce début de polémique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Brigitte Macron, le 26 juillet 2017.
Brigitte Macron, le 26 juillet 2017. (THOMAS PADILLA / MAXPPP)