Cet article date de plus de cinq ans.

Pourquoi Emmanuel Macron démissionne-t-il ?

L'ancien ministre de l'Economie a déclaré "vouloir transformer la France", mais ne s'est pas officiellement déclaré candidat à la présidentielle de 2017. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Emmanuel Macron en conférence de presse le 20 août 2016 à Paris, juste après sa démission du ministère de l'Economie. (MATTHIEU ALEXANDRE / AFP)

Il est parti. Après des mois de suspense, Emmanuel Macron a démissionné mardi 30 août du ministère de l'Economie, où il est remplacé par Michel Sapin. Pourquoi l'ancien banquier d'affaires a-t-il choisi de quitter le gouvernement ? 

Pour "être libre"

Emmanuel Macron a mis en avant une certaine frustration par rapport aux arbitrages du chef de l'Etat et du Premier ministre, Manuel Valls. "J'ai parfois échoué à faire partager la nécessité que j'éprouvais de poursuivre et même d'amplifier notre travail de transformation en profondeur de notre économie", a-t-il déclaré,  lors de la conférence de presse à Bercy qui a suivi l'annonce de ce départ du gouvernement:

Il a ajouté avoir, au gouvernement, "touché du doigt les limites de notre système politique : il pousse à des compromis de dernière minute (...), il fait la part belle aux peurs des uns et des autres (...) , il produit des solutions imparfaites". Sur TF1, il a enfoncé le clou, disant vouloir "être libre". 

Une façon explicite de revendiquer son départ comme seul moyen d'agir. Rejetant "les comportements qui ont toujours eu cours", il a dit"souhaiter aujourd'hui entamer une nouvelle étape de (son) combat" et "construire un projet qui serve uniquement l'intérêt général".

Pour "rassembler" au-delà "des sensibilités politiques"

Après avoir abordé l'objectif, l'ex-secrétaire général adjoint de l'Elysée a évoqué les moyens de "transformer en profondeur de notre système politique, économique, social, qui demeure trop largement bloqué". 

Selon lui, il faut "rassembler toutes celles et ceux qui le partagent et ont en commun les valeurs qui le fondent, quelles que soient leurs sensibilités politiques et même s'ils ne croient plus à la politique".

Il a souligné sur TF1 vouloir conduire cette "recomposition politique" avec "d'un côté ceux qui croient au progrès et de l'autre les conservateurs". Pour le faire, il s'appuiera sur son nouveau parti, lancé en juillet. "C'est pour cela que nous avons créé En Marche!", a insisté l'ancien ministre, qui avait scandalisé (mais pas surpris) son camp, en lançant, aux côtés du souverainiste Philippe de Villiers, au Puy-du-Fou : "L'honnêteté m'oblige à vous dire que je ne suis pas socialiste.

Pour la campagne présidentielle ...

Emmanuel Macron a aussi établi un lien clair entre son départ et la campagne présidentielle qui vient. "Dans notre Ve République, le seul moment où les débats nécessaires pour décider ces transformations peuvent utilement avoir lieu sont les campagnes présidentielles", a-t-il martelé.

Néanmoins, pendant plus de 25 minutes d'interview au 20 heures de TF1, il a refusé de répondre clairement à la question : "Serez-vous candidat" en 2017 ?

Son éventuel engagement dans la course à la présidence compliquerait encore la situation de François Hollande, qui doit décider en décembre s'il brigue un deuxième mandat alors qu'il enregistre des niveaux record d'impopularité. Lors de son allocution de départ, Emmanuel Macron lui a rendu un curieux hommage, en se disant "convaincu que les Français (rendraient) justice" au chef de l'Etat "d'avoir fait face à des difficultés exceptionnelles". Une façon de tourner la page ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emmanuel Macron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.