Nationalistes corses : manifestation test, trois jours avant la visite d'Emmanuel Macron

Ce samedi 3 février, plusieurs milliers de militants nationalistes ont manifesté à Ajaccio, en Corse, afin d'adresser un message au président de la République, qui se rendra sur l'île en milieu de semaine prochaine. 

FRANCE 2

Le chant de joie des manifestants réunis sur la place de Diamant à Ajaccio (Corse-du-Sud) ce samedi 3 février, et le soulagement du président de l'exécutif corse, Gilles Simeoni, le poing levé face à ses partisans. Plusieurs milliers de personnes ont répondu à l'appel à manifester lancé la semaine dernière. Parmi les principales revendications, "le rapprochement de prisonniers" et "les voyages chers" sont évoqués. Dans le cortège, beaucoup de défenseurs de la culture corse et de sa langue : une revendication au cœur du projet nationaliste.

Le rassemblement s'est dispersé dans le calme

Jusqu'ici, ces arguments n'ont pas convaincu l'Élysée. Mais les leaders de la majorité corse espèrent bien faire fléchir Emmanuel Macron. Le rassemblement s'est dispersé dans le calme, le regard des manifestants tourné vers le chef de l'État, attendu sur l'île mercredi prochain. 

"Même si l'Élysée n'a pas souhaité faire de commentaire sur cette manifestation, Emmanuel Macron vient avant tout en Corse pour commémorer les 20 ans de l'assassinat du préfet Érignac", rapporte le journaliste Julien Cholin, en direct d'Ajaccio. Un déplacement qui sonne comme un rappel avec ce message : "la sécurité sur l'île reste la priorité absolue du président de la République", rappelle l'envoyé spécial de France 2. Pour l'instant, les dirigeants nationalistes ne savent pas si Emmanuel Macron a prévu de s'exprimer devant l'assemblée de Corse. Sa venue à Bastia mercredi sera en tout cas scrutée de près par l'ensemble des dirigeants nationalistes. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Une manifestation à Ajaccio, à l\'appel des représentants de l\'Assemblée de Corse, le 3 février 2018.
Une manifestation à Ajaccio, à l'appel des représentants de l'Assemblée de Corse, le 3 février 2018. (YANN BERNARD / FRANCE 3 CORSE VIASTELLA)