Municipales : Emmanuel Macron remet de l'ordre dans son parti

Cédric Villani n'est plus membre de La République en marche, trois jours après avoir maintenu sa candidature à la mairie de Paris, contrairement à ce que lui avait demandé Emmanuel Macron. La journaliste Valérie Astruc est en direct d'Angoulême (Charente) pour faire le point sur la situation.

FRANCE 3

Visiblement, le chef de l'État garde un oeil et une main sur les municipales 2020. "Emmanuel Macron était accusé de laisser s'installer le désordre, il a donc tranché dans le vif. À Biarritz (Pyrénées-Atlantique) d'abord, deux ministres étaient en passe de s'affronter sur des listes concurrentes, le président les a forcés à se retirer pour rester au gouvernement. Et c'est même l'Élysée qui l'a annoncé hier soir, la preuve que le président pose là un acte d'autorité", explique la journaliste Valérie Astruc.

"Le président a donc posé deux actes d'autorité"

Cédric Villani est banni de La République en marche. "Il avait infligé un camouflet au président qui lui avait demandé de se retirer, en vain. La sanction est tombée, là encore, Emmanuel Macron remet de l'ordre face au risque de déroute à Paris. Alors certes, le président avait dit qu'il ne tirerait aucune conséquence nationale du scrutin municipal, mais face au risque que s'installe l'idée qu'il ne tient pas sa majorité, le président a donc posé deux actes d'autorité", conclut la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron à l\'Elysée le 29 janvier 2020
Emmanuel Macron à l'Elysée le 29 janvier 2020 (LUDOVIC MARIN / AFP)