"Monsieur le Président, vous ne donnez pas l'exemple" : la ministre à l'Egalité femmes-hommes épingle la composition du cabinet d'Emmanuel Macron

Sur treize membres, le cabinet d'Emmanuel Macron ne compte qu'une seule femme.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre déléguée à l'Egalité femmes-hommes, Elisabeth Moreno, le 14 septembre 2020 à l'Elysée. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Douze hommes et une femme. Au sein du cabinet d'Emmanuel Macron à l'Elysée, la parité est loin d'être respectée. Et la ministre déléguée chargée de l'Egalité femmes-hommes, Elisabeth Moreno, l'a elle-même fait remarquer au chef de l'Etat, a-t-elle confié dimanche 7 mars lors du Grand jury RTL-LCI-Le Figaro. Parmi les 13 proches collaborateurs qui forment le cabinet d'Emmanuel Macron, une seule est une femme : Cécile Geneste, cheffe de cabinet adjointe.

La composition du cabinet d'Emmanuel Macron, disponible sur le site de l'Elysée. (ELYSEE)

Interrogée sur la base de ces chiffres sur le fait de savoir si les dirigeants politiques ne devaient pas être exemplaires sur ce sujet, Elisabeth Moreno a répondu : "Bah oui. Si on prêche quelque chose d'aussi important, il faut donner l'exemple, et nous en avons discuté." "Je lui ai dit : 'Monsieur le Président, vous ne donnez pas l'exemple'", a-t-elle ajouté, précisant dans un sourire qu'elle préférait garder la réponse d'Emmanuel Macron pour elle.

"Dans notre pays, on peine à donner de la place aux femmes"

La ministre a toutefois défendu l'action du président en la matière. "Est-ce que vous avez vu, au-delà de Valéry Giscard d'Estaing, un président sous la Ve République qui se soit saisi de cette question de l'égalité entre les femmes et les hommes avec autant de force et de vigueur qu'Emmanuel Macron ?" a lancé Elisabeth Moreno, rappelant qu'il avait fait de ce dossier une grande cause de son quinquennat.

"Est-ce que vous avez vu un gouvernement aussi paritaire que celui-ci ? 51% de femmes", a-t-elle poursuivi, citant celles qui occupent des "postes stratégiques", comme Florence Parly (Armées), Barbara Pompili (Transition écologique), Roselyne Bachelot (Culture) ou Elisabeth Borne (Travail). Plus largement, "dans notre pays, on peine à donner de la place aux femmes, a-t-elle relevé. Ça ne va pas assez vite, il faut qu'on aille beaucoup plus loin."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.