Macron positif au Covid-19 : "Le président s'est exposé au risque comme n'importe quel citoyen", estime le député Olivier Becht

L'élu Agir ensemble du Haut-Rhin a participé à un déjeuner à l'Élysée mardi. Même si les mesures barrières ont été respectées, il a décidé de se placer à l'isolement "par mesure de précaution".

Emmanuel Macron lors d\'une réunion avec la Convention citoyenne sur le climat, lundi 14 décembre 2020.
Emmanuel Macron lors d'une réunion avec la Convention citoyenne sur le climat, lundi 14 décembre 2020. (THIBAULT CAMUS / POOL)

Olivier Becht va "très bien" mais, après avoir déjeuné mardi 15 décembre avec Emmanuel Macron, testé positif au Covid-19 ce jeudi, le député Agir ensemble du Haut-Rhin va se mettre à l'isolement pendant sept jours "par mesure de précaution". Comme tous les présidents de groupe parlementaire, il était invité à l'Elysée mardi.

>>Suivez les dernières actualités sur l'épidémie de Covid-19.

Selon lui, le président de la République n'a pas commis de faute, "il s'est exposé au risque comme n'importe quel citoyen". "Tout ne peut pas se faire par visioconférence", estime Olivier Becht qui rappelle qu'"en politique, on travaille pendant ces déjeuners"

franceinfo : Comme les autres groupes parlementaires, le groupe "Agir ensemble" de l'Assemblée nationale été invité à déjeuner à l'Elysée, mardi. Etes-vous cas contact ?

Olivier Becht : L'Elysée nous a fait savoir que nous n'étions pas directement cas contacts parce que les distances entre les personnes ont été respectées et le volume d'air de la pièce était relativement important. La table de réception de l'Élysée fait à peu près 15 mètres de long. Donc, il y avait plus d'un mètre cinquante entre chaque convive. Néanmoins, je considère que cette pièce n'étant pas aérée, le risque d'être contaminé par aérosols existe. Et donc, par mesure de précaution, je vais respecter sept jours d'isolement pour ne pas risquer de contaminer d'autres personnes. D'abord de ma famille et puis, bien évidemment, de la société, compte tenu de la contagiosité de ce virus.

Vous évoquez un souci de ventilation de la pièce. On aurait pu faire mieux peut-être ?

Il se trouve qu'à l'Elysée, les plafonds sont hauts, je crois de l'ordre de sept à huit mètres dans la salle des fêtes. Donc, forcément, le volume d'air pour une quinzaine de personnes qui étaient réunies devait être largement suffisant. Ce n'est pas du tout la même chose que ce que l'on a dans un salon d'un appartement ou même d'une maison. Mais j'estime, à titre personnel, que l'aération des lieux est toujours préférable pour éviter les risques des aérosols. C'est ce que disent la plupart des agences sanitaires.

Hier soir, il y a encore eu un dîner avec les responsables de la majorité à l'Élysée. Est-ce qu'il n'y a pas trop de rendez vous à l'agenda présidentiel étant donné le contexte sanitaire ?

Moi, je considère que le président de la République est comme n'importe quel Français. Il est au travail lorsqu'il peut travailler. Bien sûr, il prend des risques en rencontrant des gens, mais il n'en prend pas davantage que les commerçants ou les caissières de supermarché qui voient défiler toute la journée des dizaines, des centaines, parfois des milliers de clients. Il est bien normal que le président de la République se déplace, qu'il reçoive, qu'il consulte. Il s'est exposé au risque comme la plupart de nos concitoyens.

Tout ne peut pas se faire par visioconférence. La plupart des entreprises le savent aujourd'hui. Quand on négocie, on a besoin d'avoir les personnes en face de soi pour pouvoir avancer sur les dossiers.Olivier Bechtà franceinfo

En politique, il y a quand même beaucoup de déjeuners parce que les gens travaillent pendant ces déjeuners. Les journées sont longues et le déjeuner est une occasion de travail. Il faut évidemment prendre toutes les précautions pour éviter d'être contaminé à cette occasion-là. J'espère que les précautions ont été prises et que les tests qui seront réalisés lundi prouveront que personne ne s'est fait contaminer au cours de ce déjeuner.