Législatives 2017 : va-t-on vers un excès de pouvoir ? L'Assemblée sera-t-elle légitime ?

En plateau, Nathalie Saint-Cricq analyse la reconfiguration politique au lendemain du premier tour des législatives.

FRANCE 2

Au lendemain du premier tour des législatives 2017, la droite s'inquiète d'un excès de pouvoir si la tendance se confirme au second tour. L'argument est-il recevable ? "C'est de bonne guerre de crier au plein pouvoir, de dénoncer la mainmise macronienne sur l'Assemblée, mais finalement cette majorité très absolue qui s'annonce n'est pas inédite. En 1993, la droite, RPR et UDF, se partageaient 477 députés et là, ils ne voyaient pas le problème", rappelle Nathalie Saint-Cricq qui mentionne également que le Sénat reste à droite et que les régions et les collectivités territoriales ne sont pas En Marche. "Il n'y a pas de péril démocratique", estime-t-elle.

Quelle légitimité pour cette majorité ?

"Elle est légitime, même si elle laisse beaucoup de Français sur le bord du chemin en raison un, de l'abstention, deux, des effets du scrutin majoritaire", poursuit la journaliste de France 2. Et d'ajouter : "Il reviendra à l'exécutif de redoubler de vigilance pour ne pas donner l'impression d'humilier les oppositions de droite, du Front national ou de La France insoumise. Parce qu'il vaut mieux que l'opposition s'exerce dans l'hémicycle que dans la rue."

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'hémicycle de l\'assemblée nationale, le 2 novembre 2016
L'hémicycle de l'assemblée nationale, le 2 novembre 2016 (CHAMUSSY/SIPA)