"Le Monde" présente ses excuses pour une couverture sur Macron accusée "d'utiliser les codes de l'iconographie nazie"

Le directeur des rédactions a expliqué que les "intentions graphiques" représentée sur cette une du magazine hebdomadaire du "Monde" "ne correspondent évidemment en rien aux reproches qui nous sont adressés".

Capture d\'écran du compte Twitter de Richard Ferrand, président de l\'Assemblée nationale, dénonçant la une du magazine du \"Monde\" paru vendredi 28 décembre 2018.
Capture d'écran du compte Twitter de Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale, dénonçant la une du magazine du "Monde" paru vendredi 28 décembre 2018. (RICHARD FERRAND / TWITTER)

Un Emmanuel Macron raide et sévère en noir et blanc, sur un fond de couleurs blanches et rouges. Accusé par de nombreux membres de la majorité d'avoir choisi pour son magazine hebdomadaire une couverture utilisant "les codes de l'iconographie nazie", le journal Le Monde a présenté ses excuses, lundi 29 décembre.

"La couverture de M le magazine du Monde datée du samedi 29 décembre a provoqué des réactions critiques de certains de nos lecteurs. Nous présentons nos excuses à ceux qui ont été choqués par des intentions graphiques qui ne correspondent évidemment en rien aux reproches qui nous sont adressés", s'est excusé le directeur des rédactions Luc Bronner sur le site du quotidien.

Une référence aux "constructivistes russes"

Il a expliqué que "les éléments utilisés faisaient référence au graphisme des constructivistes russes au début du XXe siècle, lesquels utilisaient le noir et le rouge. La couverture s'inspire par ailleurs de travaux d'artistes, notamment ceux de Lincoln Agnew, qui a réalisé de nombreux sujets graphiques pour M le magazine du Monde".

Le Monde s'est de nouveau excusé lundi pour le "malaise" créé par la couverture de son magazine. "Puiser dans le vocabulaire visuel d'un courant esthétique du début du XXe siècle, le constructivisme, qui a imprégné les représentations des dictatures qui l'ont suivi, n'était pas un bon choix, puisque cela exposait à ce risque de confusion. S'inspirer d'un graphiste qui avait déjà utilisé ces codes pour une illustration sur Hitler ne pouvait qu'accroître ce risque", écrit Jérôme Fenoglio dans cet éditorial publié en une de l'édition du Monde datée du 1er et 2 janvier.

"Nous avons manqué de discernement dans la validation de cette couverture qui ne correspondait pas au fond du récit consacré à Emmanuel Macron dans ce numéro", poursuit le directeur dans ce papier intitulé "Notre erreur et notre responsabilité".

Ce choix de une a provoqué de vives réactions parmi les partisans d'Emmanuel Macron. Richard Ferrand, le président de l'Assemblée nationale, s'indigne notamment sur Twitter : "Hâte de comprendre ce qui fonde les références graphiques et iconographiques du Monde. S'il ne peut s'agir de hasard, de quoi s'agit-il alors ? À la recherche du sens perdu..."