Emmanuel Macron perd dix points de popularité en juillet

La cote d'amour du président de la République tombe à 54% de satisfaits, selon un sondage Ifop pour "Le JDD". Il s'agit d'une chute record depuis Jacques Chirac.

Emmanuel Macron, le 19 juillet 2017, lors de la 17e étape du Tour de France entre La Mure (Isère) et Serre Chevalier (Hautes-Alpes).
Emmanuel Macron, le 19 juillet 2017, lors de la 17e étape du Tour de France entre La Mure (Isère) et Serre Chevalier (Hautes-Alpes). (DE WAELE TIM / TDWSPORT SARL / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Chute à la tête du peloton. La cote de popularité d'Emmanuel Macron est en forte baisse en juillet, avec 54% de satisfaits, soit dix points de moins qu'en juin, selon un sondage Ifop pour Le JDD. Il faut remonter à Jacques Chirac, qui avait perdu 15 points entre mai et juillet 1995, pour retrouver une baisse aussi forte après trois mois au pouvoir.

Dans le détail, 47% des sondés se disent "plutôt satisfaits" (54% en juin) et 7% sont "très satisfaits" (10% en juin). Simultanément, le total des mécontents passe de 35% à 43% de juin à juillet, se répartissant entre "très mécontents" (15% en juillet, contre 12% en juin) et "plutôt mécontents" (de 23% à 28%). Pour finir, 3% des sondés ne se prononcent pas, contre 1% le mois dernier.

"Une présidence fondée sur la com'"

La chute de popularité du chef de l'Etat s'explique par divers facteurs, notamment l'excès de communication et l'autoritarisme du président comme lors de sa passe d'armes avec le général de Villiers. "Certains sondés critiquent à voix haute une présidence fondée sur la com’", analyse Jérôme Fourquet dans Le JDD

Pour le Premier ministre, Edouard Philippe, la chute est également brutale avec la, perte de huit points entre juin et juillet (de 64% à 56% de satisfaits). Ils sont 52% des sondés à se dire "plutôt satisfaits" (59% un mois plus tôt) et 4% se disent "très satisfaits" (- 1%). Chez les mécontents, 27% se disent "plutôt mécontents" (+ 3%) et 10% "très mécontents" (+ 2%). Le taux des personnes interrogées ne se prononçant pas passe de 4% à 7%.

* L'enquête a été réalisée du 17 au 22 juillet par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone par l'Ifop auprès d'un échantillon de 1 947 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.