L'Elysée refuse d'accueillir des enfants d'une ville de Seine-Saint-Denis pour une visite

"Plus aucune visite n’est organisée", explique la présidence, proposant une visite virtuelle en 3D sur le site de la présidence.

Le Palais de l\'Elysée, à Paris, le 20 novembre 2017.
Le Palais de l'Elysée, à Paris, le 20 novembre 2017. (LUDOVIC MARIN / AFP)

François Hollande ouvrait les portes de l'Elysée pendant une demi-journée, depuis 2014. Un rituel qui a pris fin. Le Parisien rapporte, jeudi 24 mai, que la présidence a refusé la visite de 18 enfants de Pantin (Seine-Saint-Denis). Ces enfants, "des jeunes élus du conseil municipal des enfants, âgés de 9 à 11 ans", souhaitaient visiter le palais présidentiel "un mercredi après-midi", précise le quotidien.

Mais leur demande a été sèchement écartée. L'Elysée n'est ouvert "qu'en de très rares circonstances, telles que les Journées du patrimoine", a expliqué la présidence, faisant valoir qu'il s'agit de la "résidence officielle du chef de l'Etat". "Si du monde se balade, peu importe où, cela empêche le président de la République et la Première dame de circuler librement dans le palais", a justifié l'Elysée.

Deux visites par mois en moyenne

La présidence rappelle auprès de franceinfo "recevoir régulièrement des scolaires, soit lors de visites, soit lors des jeudis de l'Élysée (représentations musicales récurrentes)".  Elle précise avoir accueilli "24 visites de scolaires" "de juin 2017 à Mai 2018", "soit environ 2 par mois", insiste-t-elle. Dans le détail, l'Elysée affirme avoir reçu, en 2016, 271 demandes de visites. Et de conclure : "Compte-tenu du nombre important de demandes de visites, nous ne pouvons malheureusement pas toutes les satisfaire."

Les services du président ont proposé à aux enfants de Pantin de réaliser une visite virtuelle en 3D sur le site officiel de l'Elysée. "Les enfants sont évidemment très déçus, c’est un peu dur pour eux", rapporte auprès du Parisien Quentin Liberpré, membre du pôle démocratie locale de Pantin. Cette visite "fait partie de leur parcours citoyen. Ils visitent aussi l’Assemblée nationale, le Sénat et la mairie", souligne-t-il.