Interview présidentielle : Emmanuel Macron se met "en première ligne"

Que retenir de l'interview d'Emmanuel Macron dimanche 15 avril ? On fait le point avec Guillaume Daret, journaliste du service politique de France 2.

Voir la vidéo

Premier constat, selon le journaliste du service politique de France 2 Guillaume Daret : "C'était long, parfois peut-être un peu trop ; ça a rapidement tourné au combat de boxe avec un Edwy Plenel très engagé, souvent plus éditorialiste que journaliste." Avant de poursuivre : "Mais il ne faut pas être dupe non plus, Emmanuel Macron s'y attendait, et c'est une façon pour lui de lui servir à forger sa stature de président de la République".

"Peu d'annonces, mais surtout aucune inflexion"

Sur le fond, "peu d'annonces, seulement cette probable deuxième journée de solidarité", estime Guillaume Daret. Et de poursuivre : "Mais surtout aucune inflexion, que ce soit sur Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), sur la SNCF ou encore sur le projet de loi "Asile et Immigration". Pas d'inflexion, mais beaucoup d'explications." Et de conclure : "Ces deux interventions en quatre jours montre qu'il (Emmanuel Macron) a bien compris qu'il fallait expliquer, accompagner ses réformes pour mieux les faire accepter. En première ligne, le risque aussi c'est qu'il sera seul tenu responsable de la réussite ou de l'échec de ses réformes."

Le JT
Les autres sujets du JT
Capture d\'écran de l\'interview d\'Emmanuel Macron, le 15 avril 2018, sur BFMTV et Mediapart. 
Capture d'écran de l'interview d'Emmanuel Macron, le 15 avril 2018, sur BFMTV et Mediapart.  (MEDIAPART / YOUTUBE)