Interview d'Emmanuel Macron : "Par certains moments on était proche d'un débat presque électoral"

Pendant l'interview sur BFMTV/RMC et Mediapart, Emmanuel Macron a été "particulièrement pugnace", a analysé, lundi sur franceinfo, le politologue Bruno Cautrès.

Le politologue Bruno Cautrès dans le studio de franceinfo.
Le politologue Bruno Cautrès dans le studio de franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

L'interview d'Emmanuel Macron a ressemblé parfois à un "débat presque électoral", a expliqué lundi 16 avril sur franceinfo, le politologue, Bruno Cautrès. Selon lui, "on avait même, à un moment donné, le sentiment d'une confrontation presque politique entre les journalistes et le président de la République". Le président de la République a participé à un entretien de 2h40 dimanche sur BFMTV/RMC et Mediapart dans une atmosphère parfois électrique.

"C'est le type de situation qui lui réussit le mieux, selon Bruno Cautrès. Il est particulièrement pugnace, il aime le combat, il aime le débat, donc je pense qu'hier soir il a été particulièrement servi." Contrairement à l'interview de jeudi sur TF1, "il s'en sort beaucoup mieux", analyse le politologue.

"Forme de rigidité"

Face aux colères sociales, Emmanuel Macron n'a rien concédé. "C'est toujours un peu le risque où le président de la République va beaucoup communiquer dans un temps un peu court, explique Bruno Cautrès. Cela peut donner le sentiment d'une certaine forme de rigidité, lorsqu'à quelques jours il réaffirme ses positions. Dans le même temps, cela a le mérite de la clarté." Le politologue a vu "quelques petites ouvertures vis-à-vis d'un certains nombres de revendications" sur l'hôpital, la santé et la SNCF.

Lors de cette interview Emmanuel Macron s'est attaché "à montrer qu'il n'était pas la caricature du président des riches ou du président qui décide de tout. On voit un Emmanuel Macron qui, depuis quelques temps, utilise tous ses ressorts de communication pour s'adresser à différents segments" de l'opinion.