INFO FRANCEINFO. Des adhérents En marche ! en colère contre "le manque de démocratie interne" écrivent à Macron

Ces militants de La République en marche souhaiteraient engager une médiation avec leur parti sur plusieurs cas qui montrent, selon eux, les dérives du mouvement. Face au silence de LREM, ils ont décidé de solliciter directement le président de la République. 

Le président de la République, Emmanuel Macron, prononce un discours le 7 septembre 2017 à Athènes (Grèce).
Le président de la République, Emmanuel Macron, prononce un discours le 7 septembre 2017 à Athènes (Grèce). (LUDOVIC MARIN / AFP)
avatar
Margaux DuguetFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Iront-ils jusqu'au tribunal ? "C'est l'ultime démarche, mais on n'a pas peur, on ira jusqu'au bout s'il le faut", assure à franceinfo Philippe Cattuzato, membre du Camem. Ce Collectif des adhérents du mouvement En marche et de La République en marche se bat depuis plusieurs semaines pour obtenir une médiation avec leur parti. Revendiquant plus de 9 000 adhérents, le collectif, qui s'est structuré en association, dénonce "un manque de transparence" et décrit un parti qui "pein[e] à se structurer de manière démocratique"

Début août, la présidente de ce collectif, Tiphaine Beaulieu, expliquait devant la presse avoir recueilli plus de 500 "faits probants" qui montrent "des dérives" de la part de certains membres. Face au silence des instances de leur parti, le collectif se tourne désormais vers l'Elysée. Une lettre, que s'est procurée franceinfo, a été envoyée au président de la République, Emmanuel Macron, ainsi qu'au Premier ministre, Edouard Philippe.

"Nos trois groupes ont, chacun à leur manière, tenter d'alerter la direction du mouvement"

Le 19 août, ces "marcheurs" en colère envoient donc deux lettres, à Matignon et l'Elysée. "Malgré le mépris et l'arrogance auxquels nous avons dû faire face, il
n'est pas question pour nous de laisser autant de marcheurs loyaux et authentiques partir par dépit, sans leur avoir donné les moyens d'obtenir des réponses aux situations et dérives constatées sur le territoire dont ils ont été les témoins directs ou les victimes", écrit Tiphaine Beaulieu, au nom de son association. "Nous ne sommes pas parvenus à nous faire entendre des dirigeants de LREM", constate-t-elle, dépitée. 

Nous avons reçu de comités locaux de plusieurs départements des informations attestant clairement de la mise en place de seigneuries locales.

Tiphaine Beaulieu, présidente du Camem

à franceinfo

Là encore, silence de l'exécutif. Un autre courriel est alors envoyé à l'Elysée le 4 septembre, cette fois au nom du Camem, mais aussi de deux autres groupes de "marcheurs", qui n'ont pas voulu sortir de l'anonymat, par "peur de représailles". Ensemble, ils représenteraient des centaines d'adhérents En marche ! "Depuis plusieurs mois, nos trois groupes ont, chacun à leur manière, tenté d'alerter la direction du mouvement sur les dérives constatées et le dévoiement pris par le mouvement", écrivent-ils.

L'Elysée renvoie à La République en marche

Sollicité par franceinfo, l'Elysée assure avoir bien reçu ces courriers. Néanmoins, explique la présidence, ce n'est pas le rôle du président de la République que de s'immiscer dans la vie de son mouvement. 

Dès que l'on reçoit un courrier qui interpelle ou met en cause le mouvement, on renvoie à une personne de LREM.

l'Elysée

à franceinfo

Contactée par franceinfo à la fin août, La République en marche expliquait n'avoir reçu aucune lettre demandant une médiation. "Nous avons vu Tiphaine Beaulieu en juillet. Elle voulait effectivement une médiation, mais n'a pas voulu donner les cas à la cellule de médiation d'En marche !" assurait la direction. "Il est intéressant de co-construire, mais à un moment donné, il faut avancer", ajoutait-elle. Les "marcheurs" en colère, eux, ne lâchent rien et promettent de dévoiler des cas concrets devant le tribunal si aucune discussion n'est engagée avec le parti.