Grand débat national : Emmanuel Macron propose "des mécanismes de garantie" des paiements des pensions alimentaires

"Je le dis très clairement (...) on n'ira pas vers la dépénalisation du non-paiement des pensions alimentaires", a assuré jeudi le chef de l'Etat, lors d'une visite dans un centre social de Bordeaux. 

Le président de la République, Emmanuel Macron, échange avec des mères célibataires dans un centre social de Bordeaux (Gironde), le 28 février 2019. 
Le président de la République, Emmanuel Macron, échange avec des mères célibataires dans un centre social de Bordeaux (Gironde), le 28 février 2019.  (CAROLINE BLUMBERG / POOL / AFP)

Comment s'assurer que les pensions alimentaires sont bien versées ? Lors d'une visite d'un centre social à Bordeaux, jeudi 28 février, Emmanuel Macron a proposé "des mécanismes de garantie" des paiements des pensions alimentaires non-honorés, ainsi qu'un "système où l'on puisse recouvrer beaucoup plus rapidement possible cet argent auprès des mauvais payeurs". 

"Je le dis très clairement : je veux rassurer en particulier les associations, on n'ira pas vers la dépénalisation du non-paiement des pensions alimentaires", a déclaré le président de la République, lors d'une visite dans un centre d'insertion professionnelle à Caudéran, un quartier résidentiel de Bordeaux. "Je veux même aller plus loin : je veux qu'on crée les moyens d'apporter une réponse concrète, rapide", a défendu le chef de l'État. 

Les mères isolées, au cœur du grand débat

Accompagné notammant de Christelle Dubos, secrétaire d'État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, Emmanuel Macron s'est invité à un goûter organisé dans ce centre, qui aide les projets professionnels des parents en difficultés, en particulier les parents isolés. "La plupart du temps, ce sont les mères qui sont seules et à qui la pension n'est pas payée", a rappelé le président. 

Les difficultés des mères isolées font partie des thématiques repérées par l'exécutif dans le grand débat national, a expliqué un porte-parole de Christelle Dubos. "Ce sujet impliquera des réponses", dans les conclusions du grand débat, a promis le chef de l'Etat. "On a commencé à les apporter (...) on a besoin d'avoir des réponses plus efficaces."