Cet article date de plus de trois ans.

Gouvernement bientôt dévoilé : Les Républicains au bord de l'implosion

Au lendemain de la nomination d'Edouard Philippe à Matignon, et alors que le gouvernement d'Edouard Philippe qui doit être dévoilé d'ici mardi soir pourrait accueillir plusieurs personnalités de droite, Les Républicains traversent une zone de fortes turbulences.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François Baroin, chef de file de la droite, mènera la bataille de son camp pour les législatives. (MaxPPP)

Attention, zone de fortes turbulences ! Alors que le gouvernement d'Edouard Philippe qui doit être dévoilé d'ici mardi soir pourrait accueillir plusieurs personnalités de droite, le parti Les Républicains est au bord de l'implosion. Décision individuelle, débauchage, Premier Ministre d'ouverture : au parti, l'opération banalisation est en marche. La nomination d'Edouard Philippe serait une mini déferlante, pas une lame de fond.

Les digues menacent de céder

Objectif : tout faire pour que les digues tiennent jusqu'aux législatives. "Si recomposition il y a, c'est après qu'elle aura lieu", veut croire un poids-lourd du parti. Les coalitions, c'est au Parlement qu'elle se font. Le gouvernement doit refléter les équilibres politiques de l'Assemblée."

Voilà pour la méthode Coué. Pourtant, les digues déjà fissurées menacent bel et bien de céder. Pour preuve, ce communiqué signé par 22 élus LR et UDI, qui évoquent "un acte politique de portée considérable", "la nécessité d'être au rendez-vous de l'intérêt général". Ou encore "nos familles politiques doivent répondre à la main tendue par le président".

Une liste de courses pour former un gouvernement

Un texte signé notamment par Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet, les juppéistes, Benoist Apparu, Dominique Bussereau et Fabienne Keller, les lemairistes Thierry Solère et Franck Riester, mais aussi Gérald Darmanin proche de Xavier Bertrand ou Christian Estrosi. Une véritable liste de courses pour former un gouvernement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.