Francophonie : le choix de la secrétaire générale provoque une polémique

Le choix d'une Rwandaise pour diriger l'organisation de la Francophonie suscite la polémique, le pays ayant fait le choix de l'anglais comme langue officielle.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Le XVIIe sommet de la francophonie se tient à Erevan, en Arménie, et le principal enjeu sera de désigner la personne qui occupera le poste de Secrétaire général de l'organisation. Mais il n'y a pas réellement de suspense, car Emmanuel Macron a lui-même dressé le portrait de la candidate parfaite lors de son discours. "La francophonie doit être féministe, l'avenir de l'Afrique sera féministe tout comme en Europe et ailleurs", a martelé le chef de l'État.

Un pays qui a choisi l'anglais

Il se trouve ainsi que la France soutient Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères, pour le poste . À 57 ans, elle a la voie libre pour diriger l'organisation pendant quatre ans, et elle s'exprime aussi bien en français qu'en anglais. Et c'est justement l'une des polémiques suscitées par sa candidature. Le Rwanda a imposé en 2010 l'anglais comme langue officielle dans son pays. Le choix a provoqué la colère de Marine Le Pen.

Le JT
Les autres sujets du JT
Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères du Rwanda, candidate au poste de Secrétaire générale de l\'organisation de la Francophonie
Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères du Rwanda, candidate au poste de Secrétaire générale de l'organisation de la Francophonie (CAPTURE ECRAN FRANCE 3)