VRAI OU FAKE François Ruffin et Emmanuel Macron ont-ils "utilisé les ouvriers" d'Ecopla, comme les en accuse Juan Branco ?

L'avocat accuse les deux hommes d'avoir "mis en scène leur rivalité", et publie un enregistrement de 2016, concernant l'entreprise Ecopla, alors placée en liquidation judiciaire. D'autres extraits de la discussion, en présence de salariés de l'entreprise et déjà diffusée à l'époque, apportent un autre éclairage.

François Ruffin et Emmanuel Macron, lors d\'une visite à l\'usine Whirlpool d\'Amiens, le 3 octobre 2017.
François Ruffin et Emmanuel Macron, lors d'une visite à l'usine Whirlpool d'Amiens, le 3 octobre 2017. (PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP)

C'est un enregistrement qui provoque beaucoup de remous. L'avocat Juan Branco a publié, mardi 26 novembre, un fichier audio datant de septembre 2016 d'un échange entre Emmanuel Macron et François Ruffin. Le premier vient alors de quitter le gouvernement, le second, journaliste à Fakir, n'est pas encore officiellement entré en politique. 

Dans l'enregistrement, les deux hommes, qui se rencontrent au QG d'En Marche, discutent de l'entreprise iséroise Ecopla, qui fabrique des barquettes en aluminium et qui est alors placée en liquidation judiciaire. François Ruffin propose une "stratégie" au futur candidat et chef de l'Etat : "Le mieux, c'est que vous soyez vivement interpellé, et publiquement, par les salariés d'Ecopla. Ça fera un épisode. Et que vous y répondiez en disant : 'Moi, je suis prêt à me déplacer'. Ça fait un deuxième épisode." 

"On sort d'ici en n'étant pas contents"

Après quelques secondes, Emmanuel Macron opine et récapitule : "Un, on échange sur le dossier. Deux, on vous tient au courant des avancées. Trois, vous m'interpellez publiquement. Quatre, dans la foulée, on cale ensemble une date de déplacement, avant le 5 octobre. Et on voit comment on la communique ensemble." François Ruffin conclut : "Et je pense que l'on sort d'ici en n'étant pas contents"

Pour Juan Branco, cet échange prouve que François Ruffin et Emmanuel Macron ont "mis en scène leur rivalité, en utilisant les ouvriers pour propulser leur notoriété"

François Ruffin a "tout essayé" pour sauver Ecopla

Cette discussion avait déjà été en partie diffusée par Radio Nova, en octobre 2016, dans une émission intitulée "QG de campagne". Dans cette version, des éléments de contexte apportent un autre éclairage. La conversation se déroule en présence de représentants d'Ecopla, venus plaider leur cause au QG du futur candidat à la présidentielle, sur les conseils de François Ruffin. On entend d'ailleurs le journaliste de Fakir conseiller aux salariés de "faire exister" leur situation dans l'espace public. Pour cela, il estime qu'Emmanuel Macron est "la clé du dossier", car il est alors "en pleine lumière". "Il faut lui bouffer un peu de sa lumière", résume-t-il.

Dans Le Monde, celui qui a depuis été élu député La France insoumise se défend à présent : "A ce moment-là, je mène une énorme bagarre pour sortir Ecopla du merdier. Ils ont été pillés par des fonds de pension, victimes d'un patron voyou. Quand il était ministre de l'économie, Macron ne les avait ni reçus ni écoutés." Au Figaro, il ajoute : "J'avais une carte Macron à jouer, je l'ai jouée. Et j'ai d'ailleurs joué d'autres cartes, avec d'autres candidats à la présidentielle, au même moment"

François Ruffin a également réagi sur Twitter : "Oui, avec Christophe, Karine et les autres ouvriers, nous avons tout essayé pour sauver cette usine. Jamais je n'en aurai honte, oui, c'est ma fierté."