Emmanuel Macron testé positif au Covid-19 : les responsables politiques entre prudence et interrogations

Le programme du chef de l'Etat, testé positif au coronavirus jeudi 17 décembre, a été dense ces derniers jours, tout comme la liste de ses cas contacts.

Article rédigé par
Julie Pacaud - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Parmi les rencontres ces derniers jours du président de la République : Charles Michel, le président du Conseil européen, reçu à l'Elysée le 17 décembre 2020 (MARTIN BUREAU / POOL)

Conseil européen en fin de semaine dernière à Bruxelles, déjeuner avec le Premier ministre portugais mercredi, rencontre avec plusieurs dizaines de membres de la convention citoyenne pour le climat lundi : l'agenda du président de la République pour ces derniers jours contient nombre de rencontres.

Mardi il recevait ainsi les présidents de groupe de l'Assemblée nationale. Parmi eux, Olivier Becht, le président du groupe Agir ensemble a donc choisi par précaution de s’isoler : "Je considère que je suis cas contact. Je me suis mis à l'isolement, j'attendrai plus de cinq jours avant de me faire tester."  Comme lui, le patron des députés Les Républicains Damien Abad annonce qu’il s’isole par précaution jusqu'au résultat de son test PCR. "J'étais assez loin, certainement à 10 m de lui. On prenait même des micros pour s'entendre et se parler. Je ne suis donc pas considéré comme cas contact." À l’isolement aussi : le président de l’Assemblée Richard Ferrand. 

Damien Abad a annulé toutes ses activités "pour protéger les autres", il a déclaré qu'il allait se faire tester vendredi matin. Le député de l'Ain réfute tout manque de prudence de la part des politiques. "Il faut malgré tout que la vie continue, que le Parlement continue de fonctionner, parce qu'on ne peut pas mettre non plus la démocratie entre parenthèses." 

Des tests "par prudence et par esprit de responsabilité"

Prévenue par l’Elysée, Valérie Rabault a fait un test PCR jeudi matin, avant un deuxième effectué mardi prochain. Par précaution là encore, la présidente du groupe PS a décidé d’annuler ses rendez-vous. Le patron de l’UDI Jean-Christophe Lagarde a également eu la confirmation de l’Elysée ; il n’est pas cas contact, mais se pose des questions : "Personnellement j'étais à plus de 8 m du président de la République. Mais par prudence et par esprit de responsabilité, je vais me faire tester."

"J'ai consulté mon application 'Tous anti-Covid', et elle me dit que je n'ai 'pas de contact dangereux détecté'. Donc le président de la République avait-il son portable ? A-t-il téléchargé l'application ? Était-elle branchée ?"

Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI

à franceinfo

Jean-Luc Mélenchon, n’étant pas considéré comme cas contact, poursuit son programme et annoncera les résultats de son test PCR dans la journée. Son collègue de La France insoumise Eric Coquerel s’interroge quant à lui sur une éventuelle imprudence du chef de l'État : "Quand vous entendez ces personnages culpabiliser les Français et qu'on se retrouve dans cette situation un peu ubuesque ! C'est le genre d'événement où la police interviendrait, dans d'autres circonstances, pour mise en danger de la vie d'autrui..."

Tout comme le président, le Premier ministre se place à l’isolement pendant sept jours. Mais pas d’inquiétude pour la continuité du pouvoir : les deux têtes de l’exécutif ne sont pas pour autant empêchées de gouverner.

Les réactions des politiques : écoutez le reportage de Julie Pacaud
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.