Emmanuel Macron giflé : Damien Tarel condamné à 4 mois de prison ferme

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
A. Bard, E. Prigent, O. Martin, T. Simonet, T. Germain, A. Da Silva - franceinfo
France Télévisions

Jugé en comparution immédiate pour avoir giflé le chef de l'État Emmanuel Macron, Damien Tarel a été condamné à 18 mois de prison dont 4 mois ferme, jeudi 10 juin.

Damien Tarel, qui a giflé le président de la République Emmanuel Macron le 8 juin dernier, a été jugé en comparution immédiate à Valence (Drôme). Ce dernier, qui a reconnu les faits, a été escorté en dehors du tribunal par la gendarmerie, capuche sur la tête. Condamné à 18 mois de prison, dont 4 mois ferme, il dormira, dès jeudi 10 juin, en prison. "Je ne l’apprécie pas et il s’est dirigé vers moi, ça m’a surpris. J’ai vu son regard sympathique et menteur qui voulait faire de moi un potentiel électeur", a tenté de se justifier l’auteur de la gifle.

"Une atteinte intolérable à l’institution"

Damien Tarel est un nostalgique de la France médiévale, partage des idées d’extrême-droite et s’était engagé auprès des gilets jaunes. "Je me suis senti investi par ce que représente le mouvement des gilets jaunes […]. Je regrette la puissance du geste plus que le geste lui-même", a-t-il en outre développé. Aurélien Laniece, un de ses proches, a affiché son incompréhension. "En tant qu’ami, bien sûr que ça m’attriste. J’aurais espéré moins pour lui. C’est un gâchis. J’espère sincèrement que ça ne lui brisera pas sa vie." Olivier Martin était sur place, à Valence, pour franceinfo. "Tout au long de l’audience, le prévenu s’est expliqué avec une voix calme. Pour le procureur de la République, 'il y avait une volonté agressive d’humilier le chef de l’État', il fallait 'une peine pour sanctionner une atteinte intolérable à l’institution'", a-t-il détaillé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emmanuel Macron giflé lors d'un déplacement dans la Drôme